C’est le weekend du samedi 20 et dimanche 21 septembre que s’est tenue l’édition 2014 des désormais traditionnelles Journées du Patrimoine. Comme chaque année les Français se sont rués en masse dans les châteaux, manoirs, musées, et autres monuments inaccessibles le reste de l’année. À Paris et en Île-de-France les vedettes se sont encore appelées Palais de l’Élysée, Hôtel de Matignon, Assemblée Nationale, Sénat, Hôtel de Lassay, j’en passe et des meilleurs. Les symboles du pouvoir attirent toujours autant.

Pour les passionnés d’aviation, ou pour les simples curieux, la direction générale de l’aviation civile et ADP avaient eu la bonne idée d’ouvrir une partie du très méconnu héliport de Paris. Installé en limite du XVème arrondissement et d’Issy-les-Moulineaux cette structure est tout autant un aérodrome d’affaire et de tourisme qu’une plateforme pour des opérations parapubliques. En effet, la Sécurité Civile y entretient actuellement une de ses plus prestigieuses unités : la base de Paris et ses fameux hélicoptères jaunes et rouges Dragon 75.

À tout seigneur tout honneur c’est bien évidemment celui-ci qui a eu les faveurs des curieux, et notamment des enfants venus nombreux. L’Eurocopter EC145 jaune et rouge présenté était le F-ZBPO. Son frère jumeau, le F-ZBPG était lui remisé un peu plus loin au cas où Parisiens et Franciliens auraient besoins de lui. Dragon 75 demeure sur la brèche.

Le F-ZBPO était donc présenté en configuration intérieure d’évacuation sanitaire, mais avec son FLIR plus adapté aux missions de police monté à l’avant du fuselage sur le côté droit. Le treuil mécanique était lui aussi bien visible. Les nombreux enfants présents ont été semble t-il très impressionnés par le cockpit tandis que les parents s’intéressaient eux parties mécaniques et électroniques de l’appareil. Un trublion cependant posait des questions débiles que personne hormis lui et les pilotes semblaient comprendre l’intérêt : moi. Bah oui faut bien s’instruire un peu, ça sert aussi à ça les Journées du Patrimoine.

Juste à côté de lui un autre appareil, plus discret attirait l’œil : l’Eurocopter AS-555 Fennec de l’Armée de l’Air. Et ce n’était pas n’importe lequel des Fennecs, il s’agissait de celui du Parisis, revêtu de sa livrée spéciale cinquantenaire. Les aviateurs français avaient bien joué le jeu, comme d’habitude d’ailleurs. Beaucoup s’extasiaient sur ses très belles couleurs. D’autres s’intéressaient à sa si typique mission dite MASA qui en fait un hélicoptère de combat vraiment atypique.

Un peu plus loin, c’était un hélicoptère sanitaire Eurocopter EC135 du SAMU qui était présenté aux visiteurs, un appareil là aussi particulièrement attirant pour les curieux. À croire que les ambulances et les camions de pompiers plaisent toujours autant, quand on voyait le nombre de gens autours des machines du SAMU et de la Sécurité Civile.

Niveau machines civiles, il y avait là aussi ce dimanche 21 septembre au matin de quoi se satisfaire : un Eurocopter AS-350BA Écureuil gréé pour le soutien à la télévision, et notamment utilisé sur le Tour de France 2014, un Eurocopter EC130, et un original petit monomoteur Robinson R22. Ce dernier ne passait pas inaperçu des enfants qui avaient l’impression de tenir là un hélicoptère à leur taille. Un peu à l’écart, hors de l’exposition mais suffisamment près pour attirer les appareils photos un superbe Dauphin 2 civil attendait de prendre les airs un peu plus tard.

Dans les hangars, techniciens et pilotes tentaient de sensibiliser les visiteurs au monde des voilures tournantes, tandis que les femmes et les hommes de la GTA, la Gendarmerie des Transports Aériens initiaient chacun à la sécurité aérienne et répondaient aux nombreuses questions qui fusaient autour d’un étrange objet que beaucoup reconnurent finalement assez aisément : une boite noire. Un peu plus loin un EC135 blanc, vraisemblablement là encore un appareil du SAMU, était présenté dans sa configuration d’entretien technique.

Seul regret véritable le plafond particulièrement bas ce matin là sur Paris interdit l’arrivée des deux hélicoptères historiques initialement annoncé, parmi lesquels figurait une Alouette II à train à roues, un des fameux caddies volants si chers aux anciens de l’aéronavale. Pour le reste rien à redire, chaque intervenant était à la fois très pro et en même temps toujours didactique, se mettant à la portée de ceux qui n’y connaissaient pas grand chose, autant qu’à celle des aficionados.

Je tiens à apporter un très gros merci aux deux pilotes du Dragon 75 présents ce matin qui ont eu la patience de répondre à mes nombreuses questions, et notamment à celles sur deux appareils ayant désormais quitté le service du ministère de l’intérieur, les SA-316B Alouette III et SA-365C Dauphin 2 rouges. En plus d’être de très grands pros ces hommes sont de vrais passionnés qui savent transmettre leur amour de leur machine. Chapeau bas messieurs.

NDLR : À la vue de ces quelques photos certains s’étonneront peut-être de ne pas voir le cockpit des EC145, c’est un choix assumé, afin de ne pas montrer certaines parties qui pourraient aujourd’hui encore être classées confidentielles. C’est un respect que nous devons aux femmes et aux hommes de la Sécurité Civile.

Photo © Arnaud Lambert.

2 COMMENTAIRES

  1. Tiens ces marrant j’y étais aussi mais je ne vous ai pas vu. Il y avait quelques photographes d’aviation mais je n’ai pas vu votre reporter, c’est dommage j’aurai aimer lui dire a quel point j’apprecie votre blog.

    • Vous savez il n’y a pas de « reporters », juste des passionnés bénévoles. Et je suis bien placé pour le dire, c’est moi qui y était. En effet j’aurai été ravi de faire votre connaissance et de discuter aviation comme je l’ai fait là bas avec un des pilotes de Dragon qui connaissait notre site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom