Meeting Étampes-Mondésir

Situé dans le sud de la région Ile-de France, l’aérodrome d’Etampes-Mondésir commence son entrée dans l’Histoire de l’aviation en 1910 en accueillant les écoles de pilotage Farman et Blériot. L’Armée s’y installe à son tour en 1914 avant de le rendre définitivement à l’aviation civile en 1967. Une stèle y est consacrée à Louis Blériot et son vol reliant Mondésir à Chevilly (42 km) le 13 juillet 1909.

[two_third]Les origines de la Patrouille de France remontent à 1931 et à la première démonstration aérienne en patrouille réalisée par trois moniteurs de l’Ecole de perfectionnement au pilotage sur Morane-Saulnier MS-230 au-dessus du terrain d’Etampes-Mondésir. Afin de commémorer cet événement, l’aérodrome d’Etampes-Mondésir a organisé une fête de la voltige aérienne qui a notamment permit à la Patrouille de France d’effectuer sa première présentation officielle du cru 2011.

Le show débuta en fin de matinée sous un ciel gris mais laissant les premiers appareils se montrer. Un CASA 1.131E Jungmann, version construite sous licence en Espagne du célèbre Bücker d’entrainement, ouvra le bal suivi par un original Stolp SA-300 Starduster Too de constructeur amateur.

Afin de muscler le show, un superbe Pitts S-2B Special et sa livrée rouge ont ensuite rugit dans les airs. Après les acrobaties de base, une impressionnante démonstration alliant maîtrise et puissance s’est étalée dans le ciel. Il est vrai qu’avec un moteur de 260 ch et un poid compris entre 550 (à vide) et 800 kg (au décollage), le pilote est difficilement en manque de puissance et peut littéralement voler dans tout les sens (sauf peut-être en marche arrière, quoique…).

Dans un registre plus détendu, un Yakovlev Yak-52 a ensuite effectué une démonstration gracieuse alors qu’un Yakovlev Yak-18 rejoignait le spectacle. Les étoiles rouges se montrent ! Et l’heure du déjeuner arrive, permettant aux divers aéroclubs et à ses membres de s’envoler vers d’autres cieux… et également à un Fouga CM-170 Magister de réveiller la foule lors d’un low-pass (de M. Krine, s’il vous plait).

Une patrouille composée de cinq Stampe & Vertongen SV4. s’est ensuite élancée afin d’aider à la digestion. L’un d’eux a ensuite abandonné ses petits camarades dans le but de montrer l’élégance de la voltige sur cet appareil, qui n’a guère le choix avec son petit moteur.

Le Fouga CM-170 Magister (aux anciennes couleurs de la Patrouille de France) est ensuite revenu pour faire la première démonstration de voltige sur jet de la journée. Style différent, niveau de bruit également différent. En tout cas, Jack Krine, ancien solo de la Patrouille de France sur ce même appareil, sait ce qu’il peut en faire.Catherine Maunoury a ensuite fait décoller son Extra 300 pour montrer ce qu’une double championne de voltige (excusez la du peu) sait faire. Sa promotion à la tête du Musée de l’Air et de l’Espace ne semble pas l’avoir fait rouiller…

L’Armée de l’Air a ensuite montré les couleurs avec la présentation solo d’un AlphaJet. La Patrouille Tranchant et ses 4 Fougas ont suivi avant de laisser la place aux 8 AlphaJets tricolores de la Patrouille de France.

[/two_third]

[one_third_last]Alpha Jet E-705-AA de l'Armée de l'Air

Patrouille de Stampe & Vertongen SV.4A et SV.4C

CASA 1.131E Jungmann F-AZBZ

Fouga CM 170R Magister F-GPCJ

Alpha Jet de la Patrouille de France

De nombreuses autres photos sur le Forum

[/one_third_last]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom