Si les forces aériennes belges sont, quantitativement, relativement modestes, il n’en reste pas moins qu’elles accumulent derrière elles une longue histoire. La Belgique, petit pays d’Europe de l’Ouest, dispose d’une riche histoire aéronautique civile et militaire.

Le Musée Royal de l’Armée et d’Histoire militaire de Bruxelles en rend bien compte. Cet antre de l’histoire militaire belge, situé en plein cœur d’un vaste parc de la capitale Bruxelloise, le parc du Cinquantenaire, est un paradis pour tout historien, collectionneur ou passionné d’histoire militaire. C’est dans une grande nef de métal et de verre, dans la grande lignée des édifices liés aux Expositions Universelles de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, à l’instar du Grand Palais à Paris ou de Crystal Palace à Londres, que se trouve la section Air et Espace. Ce cadre exceptionnel permet de mettre en valeur les aéronefs exposés, comme on peut s’en rendre compte sur la photo ci-dessus.

Nous vous proposons quelques belles images de ce musée, qui ne cesse d’être amélioré au fil des années. Ainsi, il accueille depuis peu un avion de combat moderne F-16 Fighting Falcon, retiré du service de la Composante Air. C’est la figure de proue de la collection. Le chasseur est positionné au centre de tous les engins exposés. Sur le sol, à l’emplacement du chasseur d’origine américaine, une grande cocarde de l’armée de l’air belge est peinte sur le sol.

Les avions de chasse de la Guerre Froide sont particulièrement bien représentés. Il y a les avions des années 50 avec des Sabre, Ouragan, Vampire, Meteor, Thunderjet etc. Mais aussi ceux des années 60, F-104, Mirage 5 et surtout un très beau Phantom II (version RF-4). Et enfin donc les chasseurs des années 70-80 avec le Mirage F1, le F-16 mais aussi un MiG-23.

Les warbirds à moteurs à pistons des années 30-40 ne sont pas non plus absents. Et plus particulièrement les avions alliés et notamment britanniques. De beaux exemplaires, que ce soit l’indémodable tandem Hurricane/Spitfire, mais aussi le couple Blenheim/Mosquito.

En plus de ces appareils légers, notons des engins plus impressionnants comme le A-26 Invader. Bien entendu, les avions cargos font partie de ces avions de « larges dimensions ». On retrouve un autre duo mémorable de l’Histoire de l’aviation, de la Seconde Guerre mondiale, le Ju 52 et le C-47 américain aux couleurs de la Composante Air. Ce dernier est d’ailleurs placé au centre d’une zone représentant les troupes parachutistes belges et françaises. La Belgique s’est notamment illustrée en 1978, aux côtés de la France, dans l’opération aéroportée de Kolwezi, actuellement en République Démocratique du Congo. C’est ainsi que parmi les mannequins disposés dans le « parcage » des parachutistes du musée, on peut apercevoir un soldat tenant un fanion, vert et rouge, celui de la Légion Étrangère française.

On peut trouver des aéronefs et des engins encore plus anciens. En fait, on trouve même des reproductions des premiers aéronefs ayant volé en Belgique. Quelques classiques aussi, comme un Nieuport 11 « Bébé » de la Première Guerre mondiale.

Les avions ne sont pas les seuls représentés. Quelques hélicoptères complètent la collection. Il y a les petits hélicoptères de transport comme le Bristol Sycamore ou le célèbre Sikorsky H-34 (S-58). Et puis il y a les mastodontes. Tout d’abord un magnifique Sikorsky SH-3 Sea King portant des marquages de sauvetage en mer. Enfin, on peut admirer un impressionnant Mil Mi-24 Hind.

Il nous faut terminer sur le clou du spectacle. La Caravelle qui surplombe la nef ! Positionné à une dizaine de mètres de hauteur, l’avion de ligne emblématique de l’aviation européenne des années 60 est majestueusement mis en valeur. Aux couleurs de la Belgian World Airlines, l’avion porte le nom de l’entreprise aéronautique belge Sabena. La Caravelle fait face à un C-119 Boxcar situé à l’autre extrémité de la nef.

9 COMMENTAIRES

  1. Un superbe reportage qui me donne envie de retourner du côté du parc du Cinquantenaire. Les photos sont en outre superbes et bien éclairées, ce qui n’est pas forcément simple dans ce bâtiment si particulier.
    Un grand bravo.

  2. Merci et bravo pour ce très beau reportage 🙂
    J’adore ce musée que j’ai souvent visité (j’habite près de Bruxelles).
    Les avions de 14-18 valent le détour et sont pour la plupart authentiques, ce qui est assez rare.

    P.S. Il y a une petite erreur qui s’est glissée dans le texte : ce n’est pas un B-25 Mitchell mais un A-26 Invader.

    • Bonjour Paul,

      Merci beaucoup pour votre remarque. Il me semblait bien aussi que l’avion faisait « maigrichon » pour être un B-25 😉 J’ai corrigé le texte. Par ailleurs, très beau musée en effet.

  3. Un beau sujet en effet !
    J’ai eu l’occasion de faire ce musée plusieurs fois et c’est toujours un plaisir …

    À voir la salle napoléonienne ainsi que 1 ère et seconde guerre !

    Mnbee@laposte approved

    • Oui en effet, il y a une section sur l’armée « terrestre » très importante dans le musée. Avec beaucoup de costumes, fanions, armes et tableaux.

      Bien cordialement.

  4. je pense que vous indiquez mil-mi I hare pour ce qui est en fait un bristol sycamore bien plus rare mais effectivement très similaire …joli reportage photo !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom