Voilà bien une exposition aéronautique devenue mythique chez bon nombre de passionnés d’aviation en France mais aussi ailleurs en Europe : les Champs d’Aviation. Ou quand Paris célébrait sa manière le centenaire de l’Aéro-Club de France, la première structure au monde destinée aux pilotes de « plus lourds que l’air ».

Ces Champs d’Aviation se sont donc déroulés du 10 au 27 septembre 1998 entre le tiers bas de l’avenue des Champs-Élysées (d’où son nom) et la place de la Concorde. Un peu plus de cinquante aéronefs et objets liés à l’histoire de l’aviation et de la conquête spatiale ont été présenté au public… gratuitement.

Ce fut aussi un sacré pari pour les équipes de la voirie et de la préfecture de police afin de pouvoir faire acheminer ces pièces de collection dont certaines étaient d’une taille plus que respectable. Malgré la persistance de la légende urbaine, aucun avion ne s’est posé sur la célèbre avenue parisienne pour venir à l’exposition. Toutes les pièces exposées sont venues par la route ou par péniche, la Seine n’étant qu’à une centaine de mètre des premiers avions présentés.

Parmi les aéronefs exposés on trouvait :
L’Aérospatiale SA-316B Alouette III, l’Aérospatiale SA-330 Puma, l’Aérospatiale SA-342 Gazelle, l’Airbus A320 (cockpit uniquement) le Bénus Gyrocopter, le Caudron Cyclone (réplique), le Caudron G.III, le Consolidated PBY Catalina, le Dassault Étendard IV-M, le Dassault Mirage III, le Dassault Rafale A (sur pylône), l’Eurocopter EC120 Colibri, l’Eurocopter EC665 Tigre, le Fokker Dr.I (réplique), le Fouga CM.170 Magister, le Leopoldoff Colibri, le North American T-6G Texan, le Piper L-4 Grasshopper, le RAF SE-5a (réplique), le SEPECAT Jaguar E, le SNCASO SO-1221 Djinn, le SNCASO SO-6000 Triton, le Socata TB-200, le Stampe SV.4B, le Vought F4U Corsair, le Yakovlev Yak-11, et le Zlin Z-226.

Il est à noter que certaines pièces avaient été gracieusement prêtées par le Musée de l’Air et de l’Espace. Enfin une réplique taille réduite de la célèbre fusée rouge et blanche de Tintin était visible, pour le plus grand plaisir des enfants et des bédéphiles.

NDLR : Vous voudrez bien excusez la piètre qualité des photos, le numérique n’était pas encore démocratisé en septembre 1998, ces clichés sont des argentiques scannés.

Photos © Arnaud Lambert.

11 COMMENTAIRES

  1. Quel est donc cet avion aux couleurs du Normandie-Niemen ? Un La-5 ? Ils n’ont pas servis chez les Neu-Neu. Le yak 3 n’a pas de moteur en étoile.

  2. Bonjour à tous.

    Le President Chirac, avant sa fin de mandat, m’invita personnellement en tant que pionnier moderne de l’aviation Française à participer a cet hommage et commémoration ; en exposant l’une de mes machines iconique: l’ATE2 voiture volante amphibie.
    Puis m’octroyât un espace permanent au musée du Bourget, pour le fameux sac à dos volant FANMAN et un autogire XENON2.
    Je propose à l’éditeur ici des photos inédites, merci de prendre contact.
    Amicalement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom