Airbus Helicopter a imposé l’Ecureuil comme un appareil de référence parmi les mono-turbines. La concurrence se fait toutefois de plus en plus vive. Ainsi 2017 a vu l’entrée en service du Bell-505 Jet Ranger. L’appareil américano-canadien aborde le marché par le bas, puisqu’il est un peu plus léger et moins puissant que son homologue européen.

Et c’est bientôt également par le haut du secteur que la menace se fera sentir. Un nouveau concurrent cette fois un peu plus lourd, est entré en phase finale de mise au point. De qui s’agit-il ? Bell, Sikorsky, Boeing ? Non il s’agit d’un européen. Alors cela ne peut être que Léonardo, me direz-vous. Que nenni, c’est un suisse. Pilatus aurait-il développé en secret un programme d’Hélicoptère ? Pas du tout. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un nouveau constructeur, dénommé MARENCO, fondé en 2007 à Mollis, à une cinquantaine de kilomètres de Zurich.

Les stabilisateurs verticaux aux extrémités de l’aileron de queue ont disparu ©Marenco Swisshelicopter

Son appareil, le SKYe SH09 offre une masse maximum au décollage de 2,65 t. Contrairement aux deux appareils cités plus haut, il n’est pas propulsé par une turbine Safran. L’hélicoptériste suisse a opté pour un modèle Honeywell HTS900 de 1020 ch. Cette turbine équipe déjà le Bell-407 (pour comparaison, 2.25 t et 800 ch pour l’Ecureuil le plus puissant). Safran a toutefois été sélectionné comme fournisseur de la planche de bord à trois écrans de dix pouces. La cellule est en matériau composite. Un plancher transparent entre les deux places avant offre un champs de vision particulièrement étendu. La présence d’une porte de soute arrière est inédite dans cette catégorie. Le rotor de queue est du type fenestron. Situé en pays alpin, Marenco ambitionne une altitude d’évolution élevée. Toutefois, le domaine de vol n’ayant pas encore été totalement ouvert, le plafond maximum n’a pas été dévoilé.

Malgré quelques retards sur le calendrier prévisionnel, le programme est mené tambour battant. Le prototype est sorti d’usine en novembre 2013 et a effectué son premier vol en octobre 2014. A ce jour, deux exemplaires procèdent aux essais, et le décollage du troisième, en cours de montage final, est imminent. En juillet 2017, André Borschberg, leader avec Bertrand Piccard, de l’aventure Solar Impulse, rejoint l’équipe dirigeante. La double certification AESA (Europe) et FAA (Etats-Unis) et attendue courant 2018, et l’entrée en service prévue pour 2019.

Le plancher transparent  ©Tagesanzeiger.ch

Une centaine de lettre d’intentions a été conclue. Avec une première signature ferme, le client de lancement est Air Zermatt, un opérateur qui exploite une flotte de neuf appareils, pour le sauvetage en montagne, le transport sanitaire, le tourisme, ainsi que le travail à l’élingue. La firme n’a pas précisé le nombre d’appareils acquis. Elle a déclaré qu’elle comptait remplacer progressivement ses Ecureuils par des SKYe SH09. Alpinlift, un autre exploitant helvète, qui emploie des Bell-407, H120 Colibri, et Lama SA-315B, a également convenu d’une commande ferme.

Le côté droit de l’appareil arbore le rouge étoilés d’Air Zermatt © Marenco Swisshelicopter
Et le côté gauche est aux couleurs jaune et bleu d’Alpinlift !
Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. La société Marenco Swisshélicoter vient d’annoncer son changement de dénomination. Elle s’appellera désormais KOPTER, et son appareil ne sera plus dénommé SKYe SH09 mais simplement SH09;

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom