On vient d’apprendre que l’Allemagne compte rejoindre la France et les Etats-Unis, dans le club très fermé des nations pratiquant le ravitaillement en vol des hélicoptères. A ce jour, parmi les armées européennes, seuls les Caracal français (photo du haut) de l’escadron 1/67 Pyrénées disposent de cette capacité.

Le colonel Bernhard Martin, de l’état major allemand, a déclaré cette semaine au journal Flight Global, que la Luftwaffe comptait acquérir cette qualification à l’occasion du remplacement de ses appareils lourds CH-53 Stallion. Selon ses propos, le cahier des charges émis dans le cadre du processus de sélection du nouvel hélicoptère, exige la présence d’une perche de ravitaillement.

Si le vainqueur de la compétition devrait être désigné en 2019, la signature du contrat n’est pas prévue avant 2020, pour une entrée en service en 2023 au plus tôt.

Le CH-53K King Stallion, avec sa perche de ravitaillement et son impressionnant rotor à sept pales.

Parmi les deux candidats en lice, Sikorsky (désormais filiale de Lockheed-Martin), présentera son CH-53K King Stallion, dont le prototype a effectué son premier vol en 2015, et qui est équipé d’un dispositif de ravitaillement envol.

Pour le CH-47F Chinook block II on en est qu’aux vues d’artiste.

Boeing, son unique concurrent, lui opposera son Chinook. Il pourrait s’agir de la version CH-47F block II, actuellement en développement pour l’US Army, mais qui n’a toutefois pas encore volé. Quelle que soit le model choisi pour concourir à l’appel d’offre allemand, le constructeur ne pourra faire l’impasse sur cet équipement permettant d’accroitre l’allonge de l’appareil.

On en saura plus en avril, lors du salon ILA (Innovation and Leadership in Aerospace) de Berlin, où les deux firmes américaines prévoient d’exposer chacune leur appareil .

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Il est bon de se souvenir qu’au début des années 1980 l’Aeronautica Militare testa une perche de ravitaillement en vol sur un de ses Agusta-Sikorsky AS-61R Pelican. Mais les essais furent décevants et l’essai ne fut pas transformé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom