FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Schweizer TG-7
Constructeur : Schweizer Aircraft Corporation
Désignation : TG-7
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : SGM 2-37
Mise en service : 1987
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Moto-planeur d'entraînement basique et de sélection en vol.

HISTOIRE

Schweizer TG-7 :
Le motoplaneur de l'US Air Force Academy”

À Colorado Springs, dans l’état américain du Colorado, se trouve un immense campus. Il s’agit de celui de l’US Air Force Academy, l’école militaire qui forme les futurs officiers de l’US Air Force. Y entrer n’est pas à proprement parler difficile, mais pouvoir ensuite prétendre à devenir pilote d’aéronef est un véritable parcours du combattant tant le processus de sélection est rigoureux. Avant même leur passage sur les avions d’entraînement basique Cirrus T-53A les cadets sont testés sur une série de planeurs et de moto-planeurs. Le premier d’entre-eux, et sans doute celui qui laissa le meilleur souvenir, fut l’étonnant Schweizer TG-7.

Au début des années 1980 l’US Air Force Academy décida d’ajouter à sa flotte de planeurs de sélection en vol quelques moto-planeurs. En cela ses responsable s’inspirèrent de ce qui se faisait dans les écoles d’aviation civile. Surtout l’école militaire tira les enseignements de l’envoi de jeunes pilotes peu expérimentés au Vietnam quelques années plus tôt.
Seul hic pour le Pentagone aucun aéronef de ce genre n’était disponible pour répondre aux attentes de l’USAFA. Le constructeur américain Schweizer qui avait développé auparavant le planeur SGS 1-26E, alias TG-3A dans la nomenclature américaine, fut approché. Les généraux lui soumirent le projet. Après quelques semaines d’hésitations l’avionneur accepta de développer un moto-planeur qui reçut la désignation constructeur de SGM 2-37.

N’ayant aucune expérience dans le domaine des planeurs motorisés Schweizer bricola donc un aéronef. Plusieurs éléments de voilure et de fuselage furent prélevés sur ses planeurs SGS 1-36 et SGS 2-32 tandis que le nez qui devait contenir le moteur fut prélevé sur un avion de tourisme Piper PA-38 Tomahawk. La motorisation retenue était le Lycoming O-235-L2C à quatre cylindres à plat d’une puissance de 112 chevaux entraînant une hélice tripale réalisée en carbone. L’assemblage du Schweizer SGM 2-37 faisait grandement appel aux matériaux composites, résines, et autres plastiques. C’est dans cette configuration que l’appareil vola en mars 1987. Il reçut la désignation officielle de Schweizer TG-7 auprès de l’US Air Force.

Un total de neuf exemplaire fut commandé pour le compte de l’US Air Force Academy. Ils entrèrent en service en octobre 1987, réalisant ainsi un record entre le premier vol et l’acceptation en unité. Très rapidement instructeurs et cadets comprirent l’intérêt d’un tel aéronef. Le moto-planeur conservait les facilités d’emploi du planeur mais était totalement autonome pour décoller. En outre il permettait de défricher des domaines de vol que les élèves n’auraient sinon découvert qu’avec leurs Cessna T-41 Mescalero comme le B.A-BA de la voltige ou encore le vol en formation.

Au début des années 1990 le cursus de formation de l’US Air Force Academy nécessitait onze heures de passage obligatoire sur Schweizer TG-7A pour chaque cadet. Autant dire que les moto-planeurs ne chômaient pas. Des mécaniciens se formèrent spécialement pour apprendre à travailler les matériaux utilisés sur cette machine. On était alors bien loin du travail sur des avions d’entraînement comme le Northrop T-38 Talon totalement fabriqué en métal. Du fait de leurs dimensions hors normes les TG-7A avaient besoins de hangars spécialement adaptés. D’autant qu’à la différence des planeurs purs TG-3A et TG-4A ces aéronefs n’étaient pas démontables.

La présence des moto-planeurs dans le cursus facilitait également la transition vers l’avion d’entraînement basique Slingsby Aviation T-3A Firefly particulièrement léger. En 1995 l’US Air Force Academy ajouta aux neuf Schweizer TG-7A deux autres moto-planeurs, des Stemme TG-11A d’origine allemande. Avec ces derniers l’école gagnait en efficacité sur le plan de la voltige aérienne. Cependant en raison de pannes récurrentes les deux TG-11A furent retirés du service au début de l’année 2002.
À l’époque les TG-7A commençaient à ne plus attirer les faveurs du Pentagone. Finalement six des neuf exemplaires furent retirés du service fin 2003. Les trois derniers furent conservés et utilisés jusqu’en 2012 au sein des Tuskegee Airmen, une patrouille de démonstration rattachée à l’USAFA.

Si le Schweizer TG-7A n’a jamais été exporté il a cependant donné naissance à un aéronef très particulier : le RG-8 Condor de reconnaissance et surveillance maritime utilisé un temps par l’US Coast Guard. Aujourd’hui plusieurs de ces moto-planeurs d’entraînement sont exposés dans des musées aéronautiques américains. Au moins trois autres étaient encore en état de vol fin 2020.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Schweizer TG-7A
Envergure : 18.14 m
Longueur : 8.38 m
Hauteur : 2.20 m
Motorisation : 1 moteur en ligne Lycoming O-235-L2C
Puissance totale : 1 x 112 ch.
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 833 kg
Vitesse max. : 215 km/h à 2200 m
Plafond pratique : 4250 m
Distance max. : 4 Heure(s)
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Schweizer TG-7

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Schweizer TG-7

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données