Si vous passez par la région de Biscarrosse et que vous avez l’impression d’être survolé(e) par des hélicoptères Sikorsky MH-60G Pave Hawk de l’US Air Force c’est normal, vous n’êtes absolument pas cinglé(e). En cette première quinzaine de novembre la Base Aérienne 120 de Cazaux accueille l’exercice Salamandre qui vise à mettre en parallèle les techniques d’interventions en recherches et sauvetage au combat entre effectifs des forces aériennes américaines et françaises. Côté Armée de l’Air ce sont bien évidemment des Eurocopter EC725 Caracal qui participent à l’exercice.

Donc depuis plusieurs jours de patrouilles de deux à quatre hélicoptères américains et français sillonnent les cieux de l’extrême-sud de la Gironde et du nord des Landes. À bord des Caracal et des Pave Hawk des fantassins appartenant aux forces spéciales de l’Armée de l’Air et de l’US Air Force. À l’instar des pilotes et équipages eux-aussi apprennent beaucoup de cet exercice.

Caracal et Pave Hawk, de conserve.
Caracal et Pave Hawk, de conserve.
Les conditions très particulières du sud-ouest français, et notamment des espaces naturels de la très vaste BA 120 permettent en effet de simuler pas mal de configurations différentes de missions : de l’infiltration-exfiltration de commandos à la récupération de pilotes tombés derrière les lignes ennemies, le fameux RESCO. Depuis la capture et l’assassinat d’un pilote jordanien par des troupes de Daech la capture d’un pilote est l’une des pires hantises des états-majors américains et français. L’une des particularités de Cazaux est sa situation face à l’Atlantique, qui permet ainsi d’ajouter l’élément marin aux simulations de Salamandre.

Pour les pilotes et équipages c’est aussi la possibilité de faire évoluer leurs deux modèles d’hélicoptères dans une plus grande proximité. Le MH-60G Pave Hawk est actuellement l’une des rares machines destinées spécifiquement aux missions de recherches et sauvetages au combat autant qu’à l’infiltration-exfiltration de commandos. Une spécificité que partagent également les Caracal de l’ALAT et de l’Armée de l’Air.
Or c’est souvent sur les même théâtres d’opérations que ces deux types de machines sont engagées.

Américains et Français à l'exercice, ensembles.
Américains et Français à l’exercice, ensembles.
Si officiellement ni le ministère de la défense ni l’Élysée n’a admis le déploiement de tels hélicoptères dans les Émirats ou en Jordanie un tel exercice semble plutôt démontrer qu’à défaut d’être actuellement présents dans la région les Caracal français pourraient s’y retrouver dans les prochaines semaines.
Un tel déploiement serait crédible aux vues du récent exercice Salamandre.

Photos © Armée de l’Air.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom