Yakovlev Yak-27 ‘Mangrove’

Yakovlev Yak-27 ‘Mangrove’


Fiche descriptive

Appareil : Yakovlev Yak-27 ‘Mangrove’
Constructeur : Yakovlev A.S. Design Bureau
Désignation : Yak-27
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Mangrove
Variante : Yak-27R, Yak-27RV
Mise en service : 1960
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de reconnaissance tactique, reconnaissance à haute altitude.

Histoire

Yakovlev Yak-27 ‘Mangrove’ :
Le jet de reconnaissance tactique soviétique

Durant la Guerre froide, l’aviation soviétique fit un usage intensif des biréacteurs Yakovlev dérivés du Yak-25 dans des missions très diverses. Parmi ceux-ci figure l’un des premiers véritables avions de reconnaissance tactique mis en œuvre par l’Aviation du Front, et uniquement par elle : le Yak-27.

L’origine de cet avion remonte à 1956, et concernait au départ un avion de chasse. Initialement pensé pour intercepter les bombardiers américains qui se seraient hasarder à vouloir franchir les frontières soviétiques, il devait permettre à l’aviation soviétique d’enfin disposer d’un chasseur de supériorité aérienne digne de ce nom. L’étude d’un prototype désigné Yak-121 fut lancée dans le courant de l’année. Le cahier des charges prévoyait que l’avion puisse emporter un double-canon de calibre 23mm et jusqu’à quatre missiles air-air moyenne portée K-8, alias AA-3 Anab pour l’OTAN.

Cependant les essais en vol du prototype démontrèrent sa relative incapacité à réaliser des missions de combat, et il fut décidé à Moscou de revoir la copie du Yak-121. Une idée germa alors dans la tête des ingénieurs : adapter l’avion à des missions de reconnaissance tactique, une des plus grandes carences existants alors dans les rangs de l’aviation soviétique.

Le nouvel avion reçut la désignation de Yakovlev Yak-27. Extérieurement il reprenait les grandes lignes du Yak-121 expérimental mais avec quelques modifications propres aux avions de reconnaissance. Son architecture était du type monoplan à aile médiane en flèche construit intégralement en métal. En plus de son cockpit monoplace il possédait un nez largement vitré permettant d’accueillir l’opérateur de reconnaissance. Le Yak-27 possédait un train d’atterrissage monotrace disposant de balancines au bout des ailes. Sa propulsion était assurée par deux turboréacteurs Tumansky RD-9F de 3600 kgp chacun. Afin d’assurer son autodéfense il conservait le double-canon de 23mm du Yak-121. C’est dans cette configuration que l’avion réalisa son premier vol en mars 1958.

Il fut officiellement présenté au public lors du grand défilé aérien du 1er mai 1958 au-dessus de Moscou. Immédiatement l’avion fut identifié par l’OTAN comme une machine de reconnaissance, et reçut le nom de code de Mangrove. Ce que les Occidentaux ignoraient c’est que les Soviétiques développaient le Yak-27 sous deux versions différentes : le Yak-27R de reconnaissance tactique et le Yak-27RV de reconnaissance à haute altitude désarmée.

En fait seule une poignée de Yakovlev Yak-27RV fut produite, moins de vingt exemplaires tandis que la production globale du Yak-27 s’élevait à 180 machines. Les premiers exemplaires de série entrèrent en service en 1960.

Les Yakovlev Yak-27 soviétiques servirent durant toutes les années 1960 réalisant régulièrement des vols en lisière de l’espace aérien de l’OTAN depuis des bases situées dans des pays placées sous domination communiste. Ces biréacteurs de reconnaissance étaient de ce fait devenu des avions bien connus des pilotes américains et ouest-européens qui les raccompagnaient souvent plus loin de bases occidentales.
Cependant jamais l’URSS n’engagea ses Yak-27 dans le moindre conflit.

Devant la montée en puissances des chasseurs supersoniques occidentaux il fut décidé au début des années 1970 de retirer du service les Yak-27 au profit du Mikoyan-Gurevitch MiG-25R, la version de reconnaissance du chasseur trisonique. Ce retrait fut effective à partir de 1973, et deux ans plus tard plus aucun de ces avions ne réalisait de mission de reconnaissance tactique.

Avion mal connu de ce côté ci du Rideau de Fer le Yakovlev Yak-27 permit cependant aux pilotes soviétiques de s’habituer aux missions de reconnaissance tactique, qui allaient devenir une de leurs spécialités jusqu’à la fin de la guerre froide. De nos jours un Yak-27R est préservé au musée aéronautique de Monino dans la banlieue moscovite.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Yakovlev Yak-27R Mangrove
Envergure : 11.83 m
Longueur : 18.55 m
Hauteur : 4.05 m
Motorisation : 2 turboréacteurs Tumansky RD-9F
Puissance totale : 2 x 3600 kgp.
Armement : 1 double-canon de calibre 23mm
Charge utile :
Poids en charge : 13600 kg
Vitesse max. : 1280 km/h à 4500 m
Plafond pratique : 16550 m
Distance max. : 2200 Km avec réserves de carburant.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Yakovlev Yak-27 ‘Mangrove’

Profil Couleur

Profil couleur du Yakovlev Yak-27 ‘Mangrove’

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Premier véritable avion de veille aérienne pris en compte par l'US Navy, le Hawkeye reprend un grand nombre de caractéristiques du Tracer, mais il...

0
En juillet 1977, l'état major de la Marine émit un cahier des charges pour sa dotation d'un nouvel avion de patrouille maritime à même...

0
Durant la Guerre froide, l'aviation soviétique fit usage d'un arsenal aérien parmi les plus denses et les plus impressionnants au monde. Si la plupart...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.