Air-Sea rescue

Air-Sea rescue


La défense d’une île nécessite le survol de ses abords et par conséquent de la mer. Donc, inévitablement, des équipages seront perdus en mer et il est nécessaire de disposer d’un système bien organisé afin de les secourir rapidement. Lors de la Bataille d’Angleterre, l’organisation du sauvetage en mer était insuffisante, tant qualitativement que quantitativement, ce qui provoquera la perte de +- 200 hommes tombés en mer et qui auraient pu être secourus.

En pratique, le sauvetage en mer était assuré par les bateaux – nombreux – qui croisaient dans la manche, la mer du Nord ou le long des côtes. En outre, dans de nombreuses localités côtières, des groupes de volontaires avaient mis en place des services de bateau de sauvetage (des chaloupes propulsées à la rame la plupart du temps) pour venir en aide aux éventuels naufragés – pour peu que quelqu’un ait vu qu’un pilote était tombé en mer. Malgré leur peu de performances, ces chaloupes sauvèrent de nombreuses vies.

A partir du 22 août, la responsabilité du sauvetage en mer passa du Coastal Command aux autorités navales locales et douze Lysanders furent confiés au Fighter Command afin d’effectuer des patrouilles de recherche des naufragés et de leur lancer des canots pneumatiques avant de prévenir la Navy qui venait les recueillir. Il est à noter qu’à partir de 1941, la situation s’améliora énormément.

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...


Autres dossiers à consulter

0
Amérique du Nord Canada Etats-Unis

1
Fruit du programme politique Octopus visant à la mutualisation des différents moyens administratifs, la Police Belge (ou Politie pour les néerlandophones) est une entité...

0
Pour beaucoup l'aéromobilité, c'est à dire le déplacement massif de troupes aéroportées d'un point A à un point B (généralement le champs de bataille)...
Computer Support à l'Université de Namur (Belgique) Enseignant dans le Supérieur de Promotion Sociale Passionné d’aviation et pilote d'occasion