À la fois musée volant, sanctuaire du vol à voile et dépositaire de pièces rares, le Musée Régional de l’Air sur l’aéroport d’Angers-Marcé dispose d’atouts exceptionnels malgré sa taille modeste.

Ce musée, un peu à part dans le paysage aéronautique français, comblera nombre de passionnés d’aviation. En effet, Angers est dans l’histoire de l’aéronautique un des hauts lieux des débuts de l’aviation. Pour mémoire, c’est à partir de l’ancien aérodrome d’Avrillé que se déroula le premier circuit aérien que l’Aéro-club de France choisira pour son Grand prix, baptisé circuit d’Anjou, en juin 1912. Désormais, de cette histoire qui débute dés 1910 avec un premier meeting aérien, il ne reste que l’ancien bâtiment de l’ancienne école de pilotage de la Compagnie Française d’Aviation à Avrillé et le patrimoine préservé et consacré dans les locaux du musée désormais renommé « Espace Air Passion ».

Fort de cette histoire, le musée met en avant dans son entrée un appareil mythique en Anjou : le René Gasnier III. Avion ayant des faux airs de Wright Flyer, il rivalisa en 1908 avec son homologue américain dans la course aux premiers records. Méconnu, cet appareil aurait pu marquer de façon plus importante l’histoire de l’aviation. Hormis cet oiseau rare, d’autres appareils sont des pièces d’exception : le Gérin V-6E Varivol à envergure variable, le Riout 102T Alerion à ailes battantes (partiel), le push-pull Moynet 360-6 Jupiter (en restauration finale), le Caudron C.431 Rafale aux couleurs d’Hélène Boucher, le Peyret-Mauboussin PM-XI, trois versions des « Pou du ciel » de Mignet…

La deuxième singularité des lieux est sa collection remarquable de planeurs. Bien évidemment, la petite collection présentée cache une réserve conséquente, non accessible au public que j’ai pu visitée, pleine de dizaines d’appareils. Haut lieu du vol à voile depuis ces débuts, la région a su conservé un panel d’appareils mythiques, dont la majorité est en état de vol.

Car c’est bien là la dernière particularité du musée. L’association (Groupement pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique ou GPPA) a pour vocation de faire voler le maximum d’appareils de la collection et de restaurer des avions pour, à terme, leur faire reprendre l’air. Du coup, chaque extrémité du musée présente un atelier visible à tous (rénovation, restauration, menuiserie, entoilage, motorisation) qui s’occupe de maintenir en vol le parc existant, ou bien de « reconstruire » des appareils. Ce choix explique que certains appareils du musée ont leur capot ouvert pour maintenance et que tous les appareils ont un réceptacle pour les huiles sous leur fuselage. On sent que l’aviation vit dans ce musée.

Le chantier actuel de restauration concerne principalement un Cessna U-78 Bobcat, machine rare dont cet exemplaire sera l’unique en état de vol en Europe (lorsque cet ouvrage de 10 années aura été finalisé). Les autres restaurations concernent le Moynet déjà cité et un Nord N.3400 Norbarbe. Parmi les avions militaires ou civils présentés et en état de vol, on retrouve : Morane Saulnier 505 Criquet, Morane Saulnier 733 Alcyon, Morane Saulnier 893 Rallye, Piel CP-301 Émeraude, Piper L4H Grasshooper, Potez 60 Sauterelle, SNCAN NC-856 Norvigie, SOCATA TB-30 Epsilon

Un lieu que je vous invite à découvrir, car ayant été  construit pour y accueillir un musée aéronautique, le bâtiment lumineux met bien en valeur la collection. Je tiens enfin à remercier les bénévoles du musée et en particulier Daniel Clément et Christian Ravel pour leur chaleureux accueil lors de ma visite.

Les appareils présentés au Musée Régional de l’Air d’Angers-Marcé

1 COMMENTAIRE

  1. Très bon musée (relativement à sa taille et son emplacement loin d’une quelconque base aérienne ou entreprise aéronautique). J’avais eu la chance il y a bien 5 ou 6 ans, lors d’une journée porte-ouvertes, de découvrir l’intérieur d’un Transall de l’escadron Anjou venu d’Evreux. Plaisir d’ado, je m’étais installé lors de la visite à la place du pilote. Ce dernier ne m’en a pas délogé et je garde un bon souvenir de cette journée et de cette région en particulier que je m’apprête bientôt à quitter.

    Je le conseille aussi donc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom