Toujours au top-niveau en matière de matériels de reconnaissance et de renseignement aéroporté les policiers d’élite du RAID ne se reposent fort heureusement pas sur leurs lauriers. Dernier exemple en date la récente décision d’acquérir le drone Flyability Elios, un engin de conception et de fabrication suisse capable de résister à des chocs assez violents grâce à sa cage de protection. Un équipement qui permettra aux policiers français d’assurer des missions de repérages avant assaut dans toutes les configurations les plus délicates.

Car il ne faut pas s’y tromper le Flyability Elios n’a pas été conçu ab-initio comme un drone de surveillance pour les forces de l’ordre mais bel et bien comme un outil d’inspection et de reconnaissance pour les sites industriels ou encore les zones sous voutes. Ce qui le rend encore plus intéressant pour les hommes et les femmes de la FIPN (la Force d’Intervention de la Police Nationale, qui chapeaute aussi bien le RAID que la BRI ou encore les GIPN) toujours en quête de matériels pointus.

Le drone Elios en démonstration !

D’un poids global d’environ 700 grammes l’Elios est produit en partie en fibre de carbone (notamment au niveau de sa fameuse cage) et dispose de rotors semi-souples. Il est propulsé par l’énergie électrique, ce qui le rend non seulement très propre mais surtout extrêmement silencieux. Il dispose d’un équipement vidéo haute définition et/ou thermique avec restitution en temps réel.
Aux vues de ses capacités il semble bien que le choix de ce drone suisse soit une excellente décision pour nos policiers. Maintenant il faut espérer que sur le terrain ils en seront satisfaits.

Car au sein de l’unité du RAID les drones ne sont pas du tout des joujoux mais bel et bien des outils tactiques de premier plan, comme lors de l’assaut du 18 novembre 2015 au matin à Saint-Denis en proche banlieue parisienne. Les personnels du RAID avaient également utilisé un drone afin de faciliter la perquisition du domicile d’un des terroristes qui avaient lâchement assassiné le prêtre de Saint-Étienne du Rouvray le 26 juillet 2016.

En fait pour les super-policiers ces équipements permettent d’éviter d’exposer inutilement des fonctionnaires. Après tout n’était-ce pas là le rôle premier des drones que d’être des aéronefs sans pilote ? Les policiers français sont donc la logique suite des militaires de tous les pays utilisent quotidiennement de tels engins.

Photos © AFP & Flyability.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Intéressant, cela permet de ne pas exposer un PAX pour faire de la reco et de l’observation.
    Je serais curieux de voir les retex de l’usage de ce drone sur des CQB.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom