Une exposition qui permet à la ville des Hauts-de-Seine de s’illustrer dans la commémoration de la Première Guerre mondiale, à l’occasion du centenaire de son armistice. Du jeudi 8 au dimanche 11 novembre 2018 la ville d’Asnières-sur-Seine expose sur le parvis de sa mairie un monoplan Blériot XI porteur des marquages français réglementaires au début du conflit. Un avion qui à priori n’est pas celui auquel on pense immédiatement quand on aborde la période 14/18.

Le Blériot XI vu de face.

Mais le vénérable monoplan est particulièrement bien présenté, sous son barnum et malgré la présence d’inesthétiques barrières métalliques. Par contre celles et ceux qui s’y rendront comprendront vite que la ville alto-séquanaise n’est pas exactement une cité aéronautique. La seule personne que l’on peut rencontrer aux abords du Blériot XI est un vigile chargé de s’assurer que personne ne dépasse les dites barrières.

Autre point décevant : la scénographie pour le moins minimaliste. Hormis quelques tristes petits fanions tricolores en plastique, style bal du 14 juillet on ne voit rien. Sauf bien sûr le blanc du barnum. Un minimum de mise en scène aurait été intéressant.
D’autant que l’exposition attire élèves et profs des écoles.

Vue de l’arrière du Blériot XI.

Alors l’avion en lui-même ? Eh bien pour le coup il est juste splendide ! Difficile cependant de savoir s’il est vraiment d’époque ou s’il s’agit d’une très bonne réplique. Reste qu’un Blériot XI frappé de la cocarde tricolore ce n’est pas fréquent, on a l’habitude de plutôt le voir en version civile, celle de la traversée de la Manche. Et rien que pour cela il mérite largement le détour.
Pour mémoire en 1914 ce monoplan fut utilisé pour l’observation et l’entraînement des futurs aviateurs.

Gros plan sur le moteur Gnome & Rhône et la magnifique hélice bipale en bois.

Si vous êtes en Île-de-France et que vous voulez vous rendre à Asnières-sur-Seine admirer ce magnifique avion d’un autre temps voici deux itinéraires possibles :

  • En train, par les lignes J et L du réseau Transilien, station Gare d’Asnières puis bus 175 en direction d’Asnières-Gennevilliers Gabriel Péri, arrêt mairie d’Asnières.
  • En métro, par la ligne 13 du réseau RATP, station Gabriel Péri, puis bus 175 en direction de Porte de Saint-Cloud, arrêt mairie d’Asnières.

Privilégiez les transports en commun à la voiture, Asnières-sur-Seine n’étant pas directement desservie par les grands axes franciliens comme l’A86, la Francilienne, ou encore le périphérique.

Photos © Arnaud Lambert.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom