L’affaire commence à susciter un début de polémique outre-Quiévrain. Entre le 18 et 22 décembre 2017 inclus les ministères de la justice belges et français vont réaliser des allers-retours quotidiens entre la maison d’arrêt francilienne de Fleury-Mérogis et le tribunal de Bruxelles à bord d’hélicoptères de police afin de transférer le djihadiste Salah Abdeslam. C’est apparemment un MD Helicopter MD-900 Explorer appartenant à la police fédérale belge qui assurera ces vols presque réguliers.

Le seul survivant connu du commando terroriste des attaques contre Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015 est actuellement détenu dans la célèbre prison de l’Essonne sous des conditions de très haute sécurité drastiques. C’est d’ailleurs à cause de cela que les autorités belges refusent son «hébergement» dans l’une de leurs maisons d’arrêt. Après quelques atermoiements la solution a été trouvé : des transfèrements quotidiens entre la région parisienne et la capitale belge, par les airs !

En effet entre le 18 et le 22 décembre 2017 inclus Salah Abdeslam doit être entendu par les juges antiterroristes belges dans le cadre du procès de la fusillade de Forest où quatre policiers d’élite belges avaient été blessés. Au retentissement médiatique très fort cette fusillade survenue en mars de l’année dernière avait permis l’arrestation du terroriste par les même super policiers belges.

C’est clairement un dispositif hors norme : un transfèrement aller-retour quotidien durant cinq jours par hélicoptère, ça relève déjà de l’historique dans les annales policières et judiciaires. Sauf que de surcroît il s’agit là de transfèrements internationaux, rendus possibles par les accords européens et notamment franco-belges sur la coopération anti-terroriste.

Inutile de vous préciser que les modalités de ces transfèrements par hélicoptères ne nous sont pas connues et que vraisemblablement ni la justice belge ni la justice française ne communiqueront clairement sur la question. Et on les comprend. Néanmoins ces survols matinaux de la frontière par les hélicoptères de la police belge risquent d’être scrutés par des gens dangereux. Mais à n’en pas douter les commandos de la police belge, sans doute épaulés par leurs collègues français du RAID et du GIGN, sauront avoir le terroriste à l’œil.
Rappelons qu’il n’a pas encore été jugé à Paris pour les attaques contre le Stade de France, les terrasses de café, et bien entendu le Bataclan !

Photo © Keypublishing

5 COMMENTAIRES

  1. Le titre est trompeur. Au début j’ai cru comprendre qu’il allait passer la frontière 5 fois par jour.
    En fait il va être jugé en Belgique puis revenir en France juste pour dormir et retourner en Belgique le lendemain.

  2. Au début moi aussi j’ai eu du mal avec le titre et je l’ai relu. Par contre merci j’ai appris un nouveau mot : transfèrement. j’ai regarder dans le dictionnaire et c’est bien ça le nom pour le transfert d’un prisonnier.
    Merci.

    • Oui merci de reconnaître que de temps en temps nous écrivons dans un français non pas soutenu mais juste correct. Et puis si nous pouvons faire découvrir aux uns et aux autres des mots nouveaux, j’ai envie de dire que tant mieux ! 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom