Nord N.3400 Norbarbe

Nord N.3400 Norbarbe


Fiche descriptive

Appareil : Nord N.3400 Norbarbe
Constructeur : Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Nord
Désignation : N.3400
Nom / Surnom : Norbarbe
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1959
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Observation, liaison et communication, soutien opérationnel

Histoire

Nord N.3400 Norbarbe :
l'observation à la française

Dans les années qui suivirent la Seconde Guerre Mondiale l’industrie aéronautique française connut un boom technologique sans précédent, et la plus part des constructeurs aéronautiques développèrent des programmes pour l’Armée de l’Air, pour l, et pour l’Aéronautique Navale. Parmi ces avionneurs figurait la  qui fabriqua des avions pour les trois armes. Il s’agissait alors principalement d’avions d’entrainement, de transport, ou encore de liaison. Toutefois à la fin des années 50, en pleine Guerre d’Algérie, le constructeur se lança dans la construction d’un des meilleurs avions d’observation au monde à cette époque : le N.3400 Norbarbe.

En 1956 l’état-major de l’Armée de Terre établit un cahier des charges afin de se doter d’un nouvel avion d’observation et de liaison. L’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) stipula en outre que le nouvel avion devait également être capable d’effectuer des missions de reconnaissance photographique, de cartographie aérienne, et d’évacuation sanitaire. Le cahier des charges avait été établi afin de remplacer les vieux monomoteurs de liaison d’origine américaine datant de la Seconde Guerre mondiale, et principalement les premiers Piper Cub datant de la France Libre.

Plusieurs constructeurs proposèrent des projets assez différents, mais rapidement les militaires français s’orientèrent vers celui défendu par la Société Nationale de Construction Aéronautique du Nord (SNCAN ou Nord). En mars 1957 l’ALAT annonça la commande de 150 exemplaires de l’avion alors connu sous le nom de Nord N.3400, sans qu’aucun avion n’ai alors été construit. Après l’officialisation du marché, la SNCAN se lança dans la production des deux premiers prototypes.

Le prototype fut construit en quelques mois seulement. Il s’agissait d’un monoplan monomoteur à ailes hautes disposant d’une structure métallique entoilée et d’un train d’atterrissage classique fixe. La roulette de queue était mobile. Le cockpit permettait le transport, en plus du pilote, d’un ou deux observateurs, ou bien d’un blessé sur sa civière. L’observateur principal disposait d’un siège pivotant sur 360° et de larges baies vitrées offrant une importante visibilité vers l’extérieur.

Le N.3400 fut en outre un des premiers avions français à être doté de réservoirs auto obturants, l’avion étant en effet appelé à survoler des zones de combat. L’avionneur chercha également un moteur susceptible de propulser l’avion de la manière la plus économique. C’est ainsi que le N.3400 fut doté du moteur en ligne Potez 4D34, celui-là même qui équipait le Nord-3202 d’entrainement.

L’avion a effectué son premier vol le 20 janvier 1958 entre les mains du pilote d’essais André Turcat, célèbre pour avoir fait voler le Griffon, la Caravelle, ou encore le Concorde. Le Nord N.3400 fut baptisé Norbarbe.

Disposant de qualité ADAC (Avion à Décollages et Atterrissages Courts) très fortes, le Norbarbe fut rapidement mis en service en Algérie par les unités d’appui de l’Armée de Terre pour des missions de soutien.

Beaucoup de Norbarbe furent en outre affectés sur les bases de métropole de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre, mais également dans le Pacifique. En 1960, trois N.3400 furent envoyés en renfort des Vautour de l’Armée de l’Air sur la base de Regghane, lieu de la première explosion nucléaire française. Ces trois monomoteurs volaient pour recueillir les poussières « atomiques » plusieurs semaines après l’explosion.

En 1962, l’ALAT versa six avions à la Gendarmerie Nationale pour des missions de surveillance routière, de maintien de l’ordre, ou encore de liaison d’état-major. Ces appareils étaient basés principalement en région parisienne, à proximité de Bordeaux, dans les Alpes, et en Provence. L’un des Norbarbe de la Gendarmerie fut en effet utilisé pour survoler Paris lors des manifestations estudiantines de mai 1968 afin de dénombrer les personnes présentes, mais également de servir de PC volant pour les gendarmes mobiles. Ces N.3400 effectuaient également des missions d’évacuation sanitaire au profit des autorités civiles. Les Norbarbe bleus marines de la Gendarmerie Nationale furent retirés du service en 1976 et remplacés par des Alouette III.

Après la Guerre d’Algérie, tous les Norbarbe furent employés entre la métropole, le Pacifique, les Antilles et l’Allemagne de l’Ouest. Dans ce dernier pays, une vingtaine de N.3400 furent affectés à des missions d’observation, de liaison, et de reconnaissance photographique, notamment à proximité des zones urbaines. Un Norbarbe fut même rattaché auprès du corps expéditionnaire français détaché à Berlin-Ouest et effectua des missions de liaison et de transport d’état-major.

Les N.3400 commencèrent à quitter le service actif en 1974 et le dernier fut rayer des listes en 1979. Ils furent principalement remplacés par des Alouette III et par des Puma.

Le N.3400 est le dernier avion français conçu spécialement pour l’observation à être entré en service. Contemporain du Cessna O-1 il était en outre un excellent avion d’entrainement, rôle qu’il joua durant ses trois dernières années de service. Actuellement un Nord N.3400 est exposé au Musée de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre installé sur l’aérodrome de Dax. Sur les 150 exemplaires construits, à peine moins de dix sont encore en état de vol en Europe en 2013, uniquement auprès de clients civils.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Nord N.3400 Norbarbe
Envergure : 13.10 m
Longueur : 8.42 m
Hauteur : 3.12 m
Motorisation : 1 moteur en ligne Potez 4D34
Puissance totale : 1 x 260 ch.
Armement : -
Charge utile : Possibilité d'emporter un passager, ou un blessé sur civière (sans l'observateur).
Poids en charge : 1350 kg
Vitesse max. : 235 km/h à 2300 m
Plafond pratique : 4150 m
Distance max. : 900 Km à charge maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Nord N.3400 Norbarbe

Profil Couleur

Profil couleur du Nord N.3400 Norbarbe

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Pour le grand public, les ATR sont des avions de ligne régionaux, bien plus habitués aux tarmacs et aux taxiways des aéroports qu'aux pistes et...

0
En 1944, le Department of Navy demanda aux différents avionneurs américains de travailler sur un avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine destiné...

0
En 1940, les Japonais commençaient à s'intéresser aux machines d'observation produite en Europe et aux Etats-Unis. Notamment les avions d'observation qui pouvaient mener des...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.