Voilà une œuvre de transparence qui honore largement l’aviation américaine et dont certains pays pourraient s’inspirer eux-aussi. L’état-major de l’US Air Force a officiellement reconnu la mort de soixante-quatre civils innocents lors de frappes aériennes menées en Irak et en Syrie. Toutes étaient à proximité de cibles visées par les Américains dans le cadre de la guerre menée contre l’autoproclamé État Islamique. La période retenue s’étale sur un peu moins de dix mois.

En effet entre le 20 novembre 2015 et le 10 septembre 2016 les avions et drones de l’US Air Force auraient commis ces homicides (involontaires) au cours de vingt-quatre missions différentes aussi bien au-dessus de l’Irak que de la Syrie. Selon le Pentagone à chaque fois une investigation minutieuse a été diligentée afin de savoir où il y avait eu faille.
Du renseignement aux équipages d’aéronefs engagés aucun élément n’a été ignoré par les enquêteurs.

Alors même si ce travail de transparence peut vous laisser pantois il faut savoir le relativiser. L’US Air Force n’a par exemple pas intégré dans son étude une bavure survenue en juillet 2016 près de la ville syrienne de Manbij pour laquelle l’enquête n’est pas terminée et où plane un soupçon autour d’un nombre très important de morts innocents.

Dans le même temps deux organisations non-gouvernementales de premier plan, Amnesty International et Human Right Watch, ont officiellement annoncé qu’entre la fin 2015 et l’été 2016 près de 300 civils innocents avaient trouvé la mort dans des bombardements réalisés sous commandement américain. Ce dernier point est très particulier, puisqu’il ne se focalise pas sur les seuls raids de l’USAF mais aussi sur ceux de l’US Navy, de l’US Marines Corps, et des pays placés sous commandement de la coalition internationale, et donc entre autre notre Armée de l’Air.

Alors à quand une pareille transparence de la part des Français, des Belges, ou d’autres pays membres de la coalition ? Pas forcément pour tout de suite, puisque en fait personne n’oblige qui que ce soit à un tel travail de transparence. Bien entendu on en attendra pas non plus de la part de la Turquie ou de la Russie et encore moins de la dictature syrienne.

Photo © US Air Force

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Cette information est intéressante et démontre une fois de plus qu’une forme de ‘repentance » est aussi à la mode dans les armées. Je trouve cela très mauvais, et une fois encore ne nous trompons pas d’ennemis. Les victimes civils seront toujours présentent lors d’un conflit, et l’ennemi use et abuse de ces victimes pour démoraliser l’adversaire, choquer son opinion public afin que celui-ci fasse pression pour arrêter le « massacre », et ainsi lui permettre à lui de continuer le sien.
    Aussi, je ne partage pas l’opinion qui est de mettre de la transparence dans les conflits armées, c’est pour moi une erreur de relayer cette information, mais chacun est libre de penser ce qu’il veut, c’est ça la démocratie.
    Cordialement
    Sylvain

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom