Rien ne va plus dans l’aviation civile, après les orages voici les odeurs qui obligent à dérouter les vols commerciaux ! Ce mardi 29 mai 2018 un Boeing 737-800 appartenant à la compagnie aérienne hollandaise à bas coût Transavia s’est vu contraint de changer sa route en raison des odeurs particulièrement insoutenable d’un passager. L’avion a été évacué et désinfecté avant de pouvoir reprendre les airs. C’est sur l’aéroport portugais de Faro que le biréacteur a été dérouté.

Pourtant tout avait bien débuté pour ce vol HV5666 parti de Las Palmas aux Canaries à destination d’Amsterdam. Mais quelques minutes après le décollage des passagers ont subitement été pris de malaises et de vomissements à bord. Le commandant de bord en a évidemment immédiatement avisé le contrôle aérien qui pour des raisons sanitaires à décider son déroutement en urgence vers le Portugal.
Dans le même temps les services de secours de l’aéroport de Faro était placés en alerte maximale.

À bord du Boeing 737-800 les personnels navigants commerciaux ne mettent pas longtemps à détecter l’origine de ces maux. Ce n’est ni l’air pressurisé ni même les éventuels repas et boissons servis à bord qui en étaient à l’origine mais un passager. Un sexagénaire qui dégageait visiblement une odeur abominable, au point de faire vomir et défaillir plusieurs personnes. Devant l’urgence de la situation les hôtesses et stewards du bord ont pris la décision d’isoler l’homme.
Il a été placé en quarantaine (provisoire) dans les WC de l’avion jusqu’à son atterrissage. Une procédure assez risquée reconnaissons-le puisque les toilettes ne sont pas dotées de ceintures de sécurité. L’odorant passager a donc été «calé» tant bien que mal au sol.

Une fois sur le tarmac de Faro les passagers ont été évacué par les services aéroportuaires de secours. Quatre passagers, dont celui dégageant cette fameuse puanteur, ont quant à eux été pris en charges par des équipes médicalisées.
Pendant leur auscultation dans le centre médical de l’aéroport le Boeing 737-800 était «aéré» et désinfecté par les personnels navigants commerciaux assistés d’une équipe portugaise.
Un peu plus de deux heures après son atterrissage d’urgence l’avion de ligne reprenait le chemin des Pays-Bas. Tous ses passagers et membres d’équipage, à l’exception du passager sentant très mauvais avaient repris leurs places. L’homme avait lui été hospitalisé.

C’est la deuxième fois en quelques semaines que la compagnie aérienne néerlandaise, membre du groupe Air France-KLM, est victime d’un tel incident. La fois d’avant il s’agissait non pas d’odeurs corporelle comme ici mais de pets ! Le résultat fut le même.

Photo © Wikimédia commons.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom