Serait-ce la dure loi des séries qui s’exerce dans l’aviation civile en France ? Ce lundi 28 mai 2018 au soir un avion de ligne Boeing 737-800 appartenant à la compagnie aérienne irlandaise à bas coût Ryanair a été dérouté vers l’aéroport champenois de Vatry. Les causes invoquées par la compagnie sont bien sûr les violents orages qui ont frappé la France depuis plusieurs jours. Le seul souci c’est que cette fois-ci les 185 passagers ont été abandonné à leur sort par la compagnie et son personnel !

C’est quasiment devenu un poncif que d’expliquer que le service à la personne et Ryanair ça fait deux. Mais là c’est très prégnant. Car une fois le biréacteur sur le tarmac de Châlons-Vatry et les passagers débarqués dans l’aérogare les membres d’équipage se sont calfeutrés dans l’avion avant d’avoir l’autorisation de redécoller… laissant en plan leurs clients.
On pourrait presque croire au scénario d’une mauvaise tragi-comédie mais il n’en est rien, c’est la triste réalité.

En fait dès le début ce vol ne partait pas pour bien s’opérer. Le vol Rome-Beauvais a décollé avec trois quarts d’heure de retard et ses 185 passagers, principalement des touristes français rentrant de weekend long dans la capitale italienne, n’ont pas été informé des conditions météos qui sévissaient sur l’Île-de-France et la Picardie. Or c’est dans cette partie des Hauts-de-France que se situe l’aéroport «parisien» de Beauvais.
De puissants orages avec foudre et grêle s’abattaient sur toute la région !

Comme quelques jours plus tôt avec l’Airbus A320 d’Easyjet le contrôle aérien a ordonné à l’avion irlandais de ne pas aller se poser à destination. Il l’a alors dérouté vers l’aéroport de Châlons-Vatry à plus de 200 kilomètres de là. Seulement voilà une fois arrivés à destination les malheureux passagers ont été laissé à leur triste sort dans un aéroport absolument pas prévu pour accueillir en fin de soirée un tel flot de passagers.

Quelques lits de camp ont bien été installés pour les personnes les plus faibles, principalement deux femmes enceintes, quelques enfants, et un couple de personnes âgées mais hormis ça quasiment rien. Des bouteilles d’eau ont été distribuées par la direction de l’aéroport tandis que les distributeurs de boissons et de friandises étaient littéralement pris d’assaut. Beaucoup ont du passer la nuit à même le sol ou bien sur les quelques bancs de la petite aérogare.
Aucun rapatriement n’était prévu par Ryanair qui a cependant concédé à organiser des navettes routières vers une gare TGV proche afin de se rendre le lendemain matin sur Paris entre 5 et 6 heures du matin. Manque de bol il s’agissait d’un des jours de la tristement célèbre grève perlée des personnels de la SNCF. Rien n’assurait que les trains rouleraient aux heures indiquées.

Là où le dégoût a terminé de s’emparer des passagers c’est quand ils ont vu leur avion faire mouvement sur le taxiway et prendre son envol. Sans eux. Le Boeing 737-800 et son équipage ont repris le chemin de Rome aux alentours de minuit.

Inutile de préciser que les messages sur les réseaux sociaux, Facebook et Twitter en particulier, n’ont vraiment pas été tendre avec la compagnie à bas coût. La majorité des passagers a finalement repris sa route le lendemain grâce au système D : contact des amis et familles pour covoiturage, appel de taxis ou de VTC, ou encore cars longue distance… quand il y avait de la place.

Ce triste fait divers doit nous interpeller sur plusieurs facteurs. Primo ce manque cruel d’humanisme de la part des compagnies à bas coût, et Ryanair est loin d’être la seule dans ce cas. Et secundo l’impréparation bien française des services de l’état à faire face à ce type de situation. Pourquoi la préfecture de la Marne n’a t-elle pas envoyé sur place des équipes afin de prendre en charge au mieux ces familles de sinistrés des airs ? Il est évident que dans un coin comme ça des réquisitions de chambres ne sont pas simples, le parc hôtelier étant forcément plus réduit qu’aux abords des grandes métropoles mais tout de même.
Cette affaire doit nous donner à réfléchir sur l’avenir du transport aérien en Europe.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom