¡Gracias por venir a ayudarnos! Voilà certainement ce que les soldats portugais du feu ont du dire aux pompiers volants espagnols. Deux Bombardier CL-415 de l’Ejército del Aire s’en sont retournés dans leur pays après une mission de renfort d’un peu plus d’un mois. En effet depuis la mi-juillet ces amphibies bimoteurs à turbopropulseurs étaient détachés chez le voisin ibérique en carence quasi permanente de moyens aériens de lutte contre le feu. Malgré la barrière de la langue Espagnols et Portugais ont su travailler en bonne entente pour protéger la nature contre les dangers incendiaires.

Cette décision de déployer des bombardiers d’eaux CL-415 d’origine canadienne appartenant à l’Ejército del Aire avait en fait été prise dès le début du printemps 2018. À ce moment là il était devenu évident qu’en cas de fortes chaleurs jamais les pompiers portugais n’auraient les moyens de combattre les flammes. Or des feux de forêts qui ravagent le Portugal avaient un fort risque d’atteindre tôt ou tard l’Espagne. Chacun y trouvait donc son compte.

En effet mis à part quelques hélicoptères Bell 212 et Eurocopter AS.350B Écureuil assurant le gros des missions anti-incendie les moyens portugais de lutte contre les feux de forêts se résument bien souvent à des avions légers. Des monomoteurs monoplans Air Tractor AT-802 et biplans Grumman AgCat formant le gros de ces moyens d’attaque. Des avions loués pour la saison estivale par les pompiers portugais qui ne possèdent aucun de ces avions.
Depuis l’an dernier les services de secours portugais peuvent faire appels aux hélicoptères médicalisés AgustaWestland AW.109 et Bell 222 de l’INEM, l’équivalent local de notre SAMU français, afin de les assister comme poste de commandement et d’observation aéroporté.

En six semaines de déploiement les femmes et les hommes de l’Ejército del Aire ont réalisé une trentaine de missions, principalement dans le nord et l’est du Portugal. Des appuis contre des feux de forêts souvent criminels mais aussi parfois allumés par l’inconsciente bêtise de touristes qui se croient souvent plus malins que les consignes de sécurité. Des gens qui oublient qu’après au sol comme dans les airs des femmes et des hommes risquent leurs vies pour rattraper leurs erreurs et sauver une nature très fragile. Heureusement pour les soldats portugais du feu le salue prend parfois la forme d’un gros amphibie jaune et rouge frappée d’une cocarde bicolore orange et jaune.

Photo © Ejército del Aire.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Est-ce que des moyens français ont été envoyés ? Car heureusement cette année les bombardiers d’eau n’ont pas été beaucoup sollicités au dessus du territoire national. Pourvu que ça dure.

  2. Je ne sais pas si les pelicans français sont intervenus au portugal mais je sais qu’un détachement a été envoyé en Suede et je crois (mais je ne suis pas sur, c’est à confirmer.;.) qqu’il sont intervenu en Grêce.

    En tout cas, chapeau bas pour ces pilotes qui vont vraiment voler dans des conditions démentes (rase-motte en montagne, turbulences, fumées…) pour accomplir une mission au benefice de tous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom