Le drame s’est joué ce samedi 8 décembre 2018 au matin, sans heureusement faire de victime. Un incendie s’est déclaré dans un hangar de l’aérodrome de Melun Villaroche abritant quatre avions à réaction de collection De Havilland Vampire. L’un d’entre-eux a été totalement détruit par les flammes et un autre a été très lourdement endommagé. Fort heureusement les sapeurs-pompiers ont réussi à «sauver» deux machines.

Lorsque les sapeurs-pompiers du service départemental d’incendie et de secours de Seine-et-Marne sont appelés, le feu a déjà commencé à ravager le hangar métallique. Quatre avions de chasse De Havilland DH.100 Vampire y sont entreposés, des avions de collection en état de vol. À l’arrivée des premiers camions rouges, un des avions est d’ores et déjà perdu définitivement tandis qu’un autre commence à être attaqué par les flammes.

Les soldats du feu vont réussir à circonscrire l’incendie grâce à des moyens très lourds dont une fourgon mousse grande puissance, un engin spécialisé dans les feux type industriels et aéronefs. Une soixantaine de femmes et d’hommes du SDIS 77 auront été nécessaires pour éteindre les flammes et sauver deux avions. Le troisième est dans un état de délabrement avancé, on ignore actuellement s’il revolera un jour.

À la différence de ce qui a pu être avancé sur les réseaux sociaux au cours d’une bonne partie de la journée de samedi rien ne laisse à supposer actuellement qu’il s’agisse d’un incendie criminel. Une enquête va être menée pour découvrir les origines de ce sinistre. Il est donc inutile de pointer du doigt les «gilets jaunes» ni même les casseurs qui s’y mêlent souvent car aucune manifestation n’était prévue aux abords de l’aérodrome de Melun Villaroche.

Photo © SDIS 77

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Ça ne peut que rappeler le terrible incendie de Dugny en 1990. C’est sûr que c’est une grande douleur pour tout aérophiles lorsque un incendie venu de nul part vient détruire des pièces de collection unique qui représentent des milliers d’heures de travail de restauration et de conservation de bénévoles passionnés. Triste.

    • Heureusement le plus important dans cette malheureuse histoire c’est qu’aucun blessé n’est à déplorer ni parmi les personnes se trouvant hier matin à l’aérodrome ni parmi les sapeurs-pompiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom