L’opération prend désormais la forme d’un incident diplomatique entre Moscou et l’OTAN. Ce mardi 13 aout 2019 les éléments espagnols de la mission Baltic Air Policing ont intercepté au-dessus de la mer Baltique trois avions russes volant transpondeurs éteints. Les aéronefs en question se sont révélés être deux chasseurs Sukhoi Su-27 et un avion de transport de hautes personnalités Tupolev Tu-204. Les chasseurs de l’OTAN ont accompagné ce trio jusqu’à l’approche de l’espace aérien souverain russe.

C’est le contrôle aérien polonais qui a lancé l’alerte. Il a signalé trois avions sortant de l’espace aérien de l’enclave russe de Kaliningrad et évoluant à haute altitude. Les trois échos radars prenaient la direction de la Russie continentale et allaient donc croiser au plus près de l’espace aérien de l’OTAN. Immédiatement il a été décidé de faire prendre les airs à deux McDonnell-Douglas F/A-18A Hornet de l’Ejército del Aire.

Basés à Šiauliai en Lituanie ces avions participent bien sûr à la mission atlantiste dite Baltic Air Policing. Ils n’ont pas mis longtemps avant de rejoindre les avions en question. Et sans surprise ceux-ci portaient les marquages de nationalité de la Russie. Il s’agissait de deux chasseurs monoplaces Sukhoi Su-27 et d’un avion de ligne Tupolev Tu-204-300. À l’approche des avions de combat de l’OTAN l’escorte s’est resserrée.

En fait le Tupolev Tu-204 portait les couleurs de la «compagnie aérienne» Rossiya et appartenait à la flotte gouvernementale russe. Il transportait Sergei Shoigu, l’actuel ministre de la défense de la fédération du Russie, de retour d’une tournée à Kaliningrad. Shoigu est un très proche et un des rares hommes véritablement de confiance de Vladimir Poutine. Pour autant rien n’indiquait qu’il s’agissait d’un vol officiel, les autorités aérienne internationales n’ayant été avisé à aucun moment.

Cette confusion vient de ce que pour les autorités russes le fait que le Tupolev Tu-204 ait décollé de Kaliningrad pour retourner à Moscou est strictement un vol intérieur. Même si pour cela l’avion doit utiliser l’espace aérien internationale ou même celui d’un état souverain. C’est un peu comme si en France nous faisions un vol gouvernemental entre la Réunion et la métropole sans même prévenir le moindre pays survolé.
Et cette attitude russe suffit à elle-même à justifier le dédain avec lequel la Russie traite ses voisins baltes lorsqu’elle réalise des vols de liaisons vers son enclave.

D’ailleurs au départ l’OTAN pensait à une interception de ce type. Les généraux atlantistes pensaient bien qu’il s’agissait de deux chasseurs d’escorte mais qu’ils accompagnaient un avion de reconnaissance stratégique ou encore de patrouille maritime. Il est à signaler que jamais les pilotes russes n’ont desserré l’escorte durant toute la présence des chasseurs espagnols, un peu comme s’ils craignaient que ceux-ci aient la gâchette facile. Évidemment cette guerre des nerfs s’est révélée inutile, les pilotes de l’Ejército del Aire étant de grands professionnels reconnus. L’interception s’est terminé au bout de quelques minutes quand les trois avions ont pénétré leur propre espace aérien.

Désormais c’est entre les mains des diplomates que se joue cette mission d’interception. Les médias russes en rajoutant, parlant même d’une agression occidentale contre une mission de paix. Au final il ne s’agit que d’une énième interception du au fait qu’aucun avion russe ne semble équipé du moindre transpondeur.

Photo © Ejército del Aire.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Bonjour à tous.Plusieurs remarques:A priori, les avions russes n’ont pas survolé d’espace aérien souverain mais sont restés dans l’espace aérien international donc on doit parler d’identification et non d’interception…Le fait de voler dans un espace aérien international sans plan de vol et sans transpondeur est une atteinte caractérisée à la sécurité aérienne et à mon sens devrait relever de l’OACI ( application et gestion de la convention de Chicago que la Russie a signée…) et ne relève donc pas spécifiquement des diplomates…A noter que beaucoup d’avions militaires quelque soit leur nationalité , pour certaines missions spécifiques et en espace aérien international volent tous feux éteints et sans transpondeur…Cette mission de police de l’air en Baltique mise en place par l’Otan pour surveiller ce flanc est , bien entendu, vécu comme une provocation par les russes qui mettent un point d’honneur a occuper l’espace aérien international comme bon leur semble…

  2. Ça va finir par peter avec les Russes. Ils ne digèrent pas de ne plus avoir la main sur les 3 petits pays baltes. Ils voudraient refaire le coup de la Crimee, que cela ne serait pas surprenant !!!!!
    Il faut se méfier de Poutine, ne rien lâcher et montrer les crocs comme l’on fait les chasseurs F 18 espagnols.
    Moi, je suis pour l’option forte vis à vis de la Russie. Oeil pour oeil, dent pour dent. Pas de faiblesse. Heureusement que l’on a gardé notre force de dissuasion. Nous et les Anglais. Dans le cas contraire, il y longtemps que nous serions Russes. ……

    • Pfff,, fantasme.

      Les états baltes n’ont aucun intérêt pour la Russie, au contraire de la Crimée peuplée majoritairement de Russes et site de la base très stratégique de Sébastopol
      Les Russes sont par contre très agacés de l’hystérie baltes qui fait semblant d’avoir peur d’une invasion pour « obliger » l’OTAN à venir à leur secours et faire des manœuvres à la frontière.

      Je rappelle que les pays baltes importent 100% de leur gaz de Russie, pourquoi diable les russes voudraient envahir des clients et risquer l’Armageddon nucléaire avec l’OTAN, cela n’a aucun sens.

      Par contre l’OTAN a intérêt à grossir la menace pour continuer à s’autojustifier et surtout couper tout rapprochement entre l’ue et la Russie (voir les pression us sur l’Allemagne vis à vis du pipeline northtream 2 en cours de construction…en mer Baltique.
      Faut arrêter de raisonner avec les œillères de la guerre froide, la Russie n’est pas l’URSS, elle n’a pas de projet universel à opposer à l’occident capitaliste. (fini le communisme).

      Elle veut juste vendre ses matières premières librement et se développer, Or l’Europe à besoin de matières premières et dispose des technologies qui intéressent la Russie.
      Arrêtons de faire le jeu des USA qui nous pille (Alstom, Alcatel, amendes Société Générale, interdiction de commercer avec l’iran, et la Russie, demain avec la Chine
      Le problème du XXI siècle, ce n’est pas la Russie, c’est notre encombrant « allié » US sur le déclin et qui use de la contrainte pour rester le boss.

  3. Attention à ce que dit RT. Bien sûr que pour eux, les Russes sont toujours des héros. Ils ont une approche très patriotique des choses. Je pense que c’est un organisme de désinformation au même titre que Sputnik. Et le tout à la solde de Poutine. Je ne fais pas de l’anti Poutine à tout prix,mais l’affaire de la Crimee et du Donbass me restent en travers de la gorge.

  4. Bien entendu, Cabrera et Arnaud, je ne crois pas un traître mot de ce que nous raconte RT.J’ai posté le lien à titre d’exemple pour bien montrer comment un fait peut être manipulé par des média propagandistes tes que Sputnik et Russia Today. Quand je pense que certain(e)s avalent sans les contester de telles fadaises. Plus le mensonge est gros, mieux il passe avait dit un certain Adollf Hitler…

  5. des avions d’un pays non allié de la Russie qui s’approche d’un avion officiel, guère étonnant que ce genre de manœuvre ait lieux, ils ont fait leur taf y’a pas à tortiller. après concernant sputnik et rt (ou russia today comme vous le sentez) autant sputnik tout est à jeter aux ordures chez euh, autant rt me semble bien plus sérieux dans son travail et a relayé le point de vue russe sur l’incident ou c’est le méchant avion de l’otan qui est allé se fritter au tupolev même si les f18 ont bougé pour les su27. C’est de la guerre de communication et vous tombez tous dedans, comme des mouches sur du papiers tue mouche.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom