C’est un bien triste dimanche que l’aviation civile française a connu ce 16 février 2020. En l’espace de moins de deux heures deux avions de tourisme Piper PA-28 de facture américaine et porteurs d’immatriculations françaises se sont écrasés lors de vols d’agrément. Et le bilan est lourd puisque pour l’un d’entre-eux il s’élève à quatre morts tandis que pour le second les quatre occupants sont portés disparus. Dans ce dernier cas les chances de retrouver des survivants s’amenuisent d’heure en heure.

Le premier accident s’est déroulé peu avant 13 heures 00 (en heure locale) alors que le Piper PA-28-181 Archer II immatriculé F-GFGO survolait la région des causses du Larzac. Malgré des vents puissants et une visibilité réduite l’avion survolait les abords de ce superbe haut plateau ainsi que le célèbre viaduc du Millau tout proche.
Pour une raison encore mal connue, mais sans doute liée à cette très mauvaise météo, le petit monomoteur a décroché et s’est écrasé sur la commune de Creissels dans l’Aveyron. Ses quatre occupants ont été tués sur le coup.

L’avion appartenait à l’aéroclub d’Angoulême tandis que ses quatre passagers et pilotes en étaient membres. Selon plusieurs sources ce vol avait même été programmé en récompense pour un adolescent de 15 ans qui venait d’obtenir son BIA, le brevet d’initiation aéronautique.
Les investigations ont été confié au BEA, le fameux Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile.

Le second accident a eu lieu aux alentours de 19 heures 30 (en heure locale, soit 14 heures 30 en heure de la métropole) dans l’espace aérien entre la Dominique et la Guadeloupe. Le Piper PA-28-151 Warrior immatriculé F-OGKO venait de décoller de l’aéroport Douglas-Charles et se dirigeait vers celui de Guadeloupe – Pôle Caraïbes. Entre la Dominique et l’île française il y a environ 90 kilomètres de vol, au-dessus de la mer des Caraïbes.
Et là encore il a quitté les écrans radars pour une raison inconnue. C’est le contrôle aérien français qui a donné l’alerte tandis que les missions de recherches et de sauvetages étaient coordonnées par le CROSS Antilles-Guyane.

Deux hélicoptères Eurocopter EC145 appartenant à la Sécurité Civile, les Dragon 971 et Dragon 972, se sont relayés au-dessus de la zone présumée où le PA-28-151 se serait abîmé. Pour l’instant aucun rescapé n’a été retrouvé, pas même que d’éventuelles dépouilles. Quelques effets personnels ont pourtant été récupérées par les sauveteurs. Les quatre occupants de nationalité française sont un couple de quinquagénaires, leur fils adolescent de 16 ans, et le pilote. Là aussi les très mauvaises conditions météo sont une piste retenue par la gendarmerie en charge pour l’instant de l’enquête.

Bien entendu il ne faut voir dans ces deux accidents qu’une simple coïncidence. Le Piper PA-28 est un des avions de tourisme les plus répandus sur la planète et plusieurs dizaines sont actuellement immatriculés en France. C’est une machine simple, rustique, et robuste qui plait à de nombreux aéroclubs. Pour mémoire sa production a dépassé le chiffre de 30 000 exemplaires, ce qui en fait un des aéronefs les plus produits de l’histoire de l’aviation.

Photo © Keypublishing.

NDLR : Photo d’illustration non contractuelle, elle ne représente pas l’un des deux avions incriminés.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom