C’était depuis quatorze ans un des avions les plus mal connu de l’arsenal britannique. Ce vendredi 26 février 2021 la RAF a officialisé le retrait du service des cinq Raytheon Sentinel R1 qu’elle avait en dotation. Ces avions de reconnaissance servaient au sein du N° V Squadron dans le nord de l’Angleterre. Ils étaient devenus redondants avec d’autres aéronefs en service au Royaume-Uni.

Entrés en service en 2007 et devenus totalement opérationnels l’année suivante les Raytheon Sentinel R1 étaient des avions dits ISTAR (pour Intelligence, Surveillance, Target Acquisition & Reconnaissance) basés sur le jet d’affaire Bombardier Global Express conçu au Canada. Pour autant l’avion-espion était un pur produit de coopération entre Américains et Britanniques. Il répondait parfaitement aux attentes à la fois de la Royal Air Force mais également des services de renseignement britanniques.

D’abord utilisés au-dessus de l’Afghanistan afin de traquer les talibans et les membres d’Al-Qaïda les cinq Sentinel R1 du N° V Squadron se sont peu à peu adaptés au monde qui changea au début des années 2010. En 2014-2015 après l’annexion du territoire ukrainien de Crimée par les forces russes de tels avions furent déployés en Mer Noire afin de suivre les mouvements des troupes séparatistes et des mercenaires payés par Moscou. Pour l’OTAN le Sentinel R1 était l’avion idéal car rapide, manœuvrable, bien équipé, et donc bien adapté à sa mission. Ces avions ont aussi été repéré à plusieurs reprises aux abords de l’hyper militarisé oblast de Kaliningrad en mer Baltique.

Pour autant dès 2016 le retrait du service de ces avions fut acté. Il est devenu effectif ce vendredi 26 février 2021. Une cérémonie officielle est planifiée pour la mi-mars.
Mais alors pourquoi le retirer du service s’il est si efficace ? Simplement parce que le Sentinel R1 est devenu inutile car entrant en concurrence avec d’autres avions également en dotation dans les rangs de la RAF. Les huit bimoteurs à turbopropulseurs Beechcraft Shadow R1 et les trois biréacteurs Boeing Airseeking R1 réalisent des missions similaires avec des équipements de bord plus modernes.
Dans le même temps dans un but d’économies le retrait du service des Sentinel R1 va permettre de préparer l’arrivée prochaine des General Atomics Protector RG1, des drones directement dérivés du célèbre MQ-9 Reaper et pleinement adaptés à la recherche de renseignement au-dessus du champ de bataille.

Le Sentinel R1, un avion qui ne passait jamais inaperçu.

On ignore actuellement encore le sort de ces cinq avions. Bien entendu les plus secrets de leurs équipements seront déposés. Reste à savoir ce qu’il adviendra des cellules : revente sur le marché civil, futures pièces de musées, ou bien destination la ferraille.

Photo © UK Ministry of Defence.

Publicité