FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Dassault-Breguet Falcon 50
Constructeur : Avions Marcel Dassault-Breguet Aviation
Désignation :
Nom / Surnom : Falcon 50
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1979
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport de personnalités, transport prioritaire, évacuation sanitaire.

HISTOIRE

Dassault-Breguet Falcon 50 :
Le jet d'affaire à la française”

S’il s’est très tôt essayé à la conception et à la réalisation des avions d’affaire avec le Mystère XX ce n’est qu’au début des années 1970 que Marcel Dassault lança le premier avion de la série qui allait définir les machines suivantes. Triréacteur, moyen-courrier, conçu avec l’aide d’ordinateurs, cela allait devenir une véritable signature qui perdure encore de nos jours avec le Falcon 8X. Ce premier avion est en outre un succès incontestable tant dans le domaine civil que militaire : le Dassault-Breguet Falcon 50.

C’est au début des années 1970 que la société Dassault-Breguet se lança dans le développement d’un nouveau jet d’affaire destiné à assurer des vols intercontinentaux et/ou transatlantiques. Après plusieurs interrogations, notamment concernant les réacteurs présents sur le marché les ingénieurs en vinrent à déduire qu’un biréacteur n’était pas adapté. La solution la plus logique aurait alors été de lancer la conception d’un quadriréacteur à l’image du Lockheed L-329 Jetstar de génération déjà ancienne à l’époque. Cependant les designers et ingénieurs eurent une idée beaucoup plus surprenante et surtout inédite alors dans l’aviation d’affaire : un triréacteur.

Cette formule était alors à la mode dans l’aviation civile avec des avions de ligne comme le Boeing 727 ou le Lockheed L-1011 Tristar américains ou encore le Yakovlev Yak-40 soviétique. Elle fut adapté au développement de ce nouveau jet d’affaire. Mais surtout pour la première fois en France les ingénieurs firent appel à la CAO (pour Conception Assistée par Ordinateur) grâce au logiciel CADAM développé par Lockheed. Les calculs réalisés permirent notamment de concevoir une voilure supercritique dotée de dispositifs hypersustentateurs alors parmi les plus modernes au monde. Le choix de la motorisation se porta sur des réacteurs à double flux de facture américaine Garrett AiResearch TFE731 d’une poussée unitaire de 1678 kg. Ceux-ci étaient alors parmi les plus économiques du moment. Le programme fut alors baptisé Falcon 50.

Extérieurement cet avion se présente sous la forme d’un monoplan à aile basse triréacteur. Construit intégralement en métal et alliages légers il dispose d’un train d’atterrissage tricycle escamotable. Sa cabine est prévue pour l’accueil de huit à douze passagers dans de luxueux fauteuil tandis que deux pilotes prennent places dans un cockpit biplace côte à côte alors parmi les plus modernes. Celui-ci intègre alors des innovations issues des avions de combat Mirage G8 et Super Étendard du même avionneur. C’est dans cette configuration que le prototype du Dassault-Breguet Falcon 50 réalise son premier vol le 7 novembre 1976 sous l’immatriculation civile française F-WAMD.

La campagne de tests fut menée avec l’aide du Centre d’Essais en Vol. Un second prototype fut notamment utilisé pour les vols dans les conditions météorologiques les plus différentes. Celui-ci possédait l’immatriculation F-WINR. C’est cet avion qui permit d’obtenir la certification française en février 1979 puis le mois suivant son pendant américain.
Désormais la carrière commerciale de l’avion pouvait débuter.

Assez étrangement ce n’est pas de France que vint la première commande étatique mais d’Iran. Un exemplaire fut commandé en fait dès 1978 par la force aérienne du Shah. Finalement l’avion fut livré après la chute du monarque et devint un des premiers avions militaires de la toute jeune république islamique. En 2018, quarante ans après sa livraison ce Falcon 50 était toujours en service, preuve en est de la robustesse de l’avion.

Par la suite c’est évidemment l’Armée de l’Air qui en fit l’acquisition comme avion de transport présidentiel et/ou gouvernemental. Huit exemplaires au total furent achetés et servir au sein du Groupe des Liaisons Aériennes Ministérielles. Trois présidents français volèrent sur ces machines : Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, et Jacques Chirac. Et dans leur sillage la quasi totalité de leurs premiers ministres. C’est sous la présidence Mitterrand que l’un des Falcon 50 fut aménagé comme jet d’évacuation sanitaire, au cas où le Président de la République doivent être rapatrié en urgence sur Paris. Ce ne fut jamais le cas mais la spécificité demeura. Et elle existe encore de nos jours sur les successeurs du Falcon 50 comme le Falcon 900 et surtout le biréacteur Falcon 2000.

L’année 1999 marqua le début de la fin pour les Dassault-Breguet Falcon 50 dans l’Armée de l’Air. Un retrait du service qui prit tout de même dix-sept ans ! La Marine Nationale commença à percevoir ses premiers Dassault Aviation Falcon 50M, des avions de reconnaissance maritime conçu à partir des avions de transport prioritaire. Transférés de seconde main ils furent modernisés et transformés en profondeur. L’ultime Falcon 50 quitta l’Armée de l’Air pour rejoindre la Marine Nationale début 2016.

Pour autant la France et l’Iran ne sont pas les seuls pays à avoir acquis militairement des Dassault-Breguet Falcon 50 comme avions de transport de hautes personnalités. Des exemplaires volèrent ou volaient encore au printemps 2018 sous les cocardes béninoises, boliviennes, bulgares, djiboutiennes, égyptiennes, espagnoles, irakiennes, italiennes, jordaniennes, libyennes, marocaines, portugaises, rwandaises, soudanaises, sud-africaines, suisses, vénézuéliennes, et yougoslaves. Après l’éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990 l’avion gouvernemental demeura plusieurs années sous scellés judiciaires avant d’être repris par la force aérienne serbe comme machine présidentielle.

Avion d’affaire de très grande qualité le Dassault-Breguet Falcon 50 a été construit à hauteur de 350 exemplaires de série et de présérie. La majorité opérait encore quasi quotidiennement quarante ans après son vol inaugural. Mais surtout cet étonnant avion a permis d’asseoir la réputation de l’avionneur francilien dans le monde entier. Son architecture triréacteur perdure de nos jours avec les ultra-modernes Falcon 7X et Falcon 8X.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Dassault-Breguet Falcon 50
Envergure : 18.86 m
Longueur : 18.52 m
Hauteur : 6.70 m
Motorisation : 3 réacteurs Garrett TFE731-3
Puissance totale : 3 x 1678 kgp. sans post-combustion
Armement : aucun
Charge utile : 8 à 12 passagers
Poids en charge : 18500 kg
Vitesse max. : 875 km/h en croisière maximale.
Plafond pratique : 13700 m
Distance max. : 6500 Km à masse maximale.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Dassault-Breguet Falcon 50

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Dassault-Breguet Falcon 50

VIDÉO

Atterrissage d'un Falcon 50 de l'Armée de l'Air