FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Percival Q-6 Petrel
Constructeur : Percival Aircraft Ltd
Désignation : Q-6
Nom / Surnom : Petrel
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport d'état-major, transport de hautes personnalités, transport postal, liaisons

HISTOIRE

Percival Q-6 Petrel :
L'avion britannique des souverains du Proche Orient”

La Seconde Guerre mondiale fut une période faste pour l’aviation de transport militaire. C’est d’ailleurs véritablement à cette époque qu’elle a pris toute son importance. Si la majorité des aéronefs de ce genre étaient des avions de transport tactique voire dans certains cas de transport pré-stratégique il ne faut pourtant pas rayer d’un trait de plume les appareils de transport léger et de liaisons qui réalisèrent eux aussi des missions souvent ô combien nécessaires. Et chaque force aérienne en utilisa. Au sein de la Royal Air Force ce rôle fut rempli par bon nombres de modèles différents tels les Airspeed Envoy et Avro Anson, ou encore le Percival Petrel.

C’est en décembre 1938 que l’Air Ministry émit à la demande de la RAF la Specification 25/38 afin d’étudier la possibilité d’acquérir des bimoteurs Percival Q-6 Petrel comme avions de liaisons, de transport d’état-major, et de soutien logistique au transport postal des armées.
En fait cet avion qui avait volé pour la première fois le 14 septembre 1937 ne visait à l’origine pas du tout le marché militaire mais celui des compagnies aériennes mineures et des vols d’affaire alors naissants. Quelques exemplaires avaient d’ailleurs déjà été vendus à des transporteurs commerciaux australiens, britanniques, français, ou encore lituaniens.
Au moins trois Q-6 Petrel évoluaient également au profit de clients privés, de riches hommes d’affaire britanniques.

En fait la Royal Air Force avait eu l’idée de s’y intéresser après que le gouvernement égyptien en aient acheté deux pour des missions au profit du roi Farouk Ier. Ces bimoteurs devinrent ses avions personnels. Alors même que la RAF avait entamé les essais du Percival Q-6 Petrel une nouvelle commande étatique arriva : le royaume d’Irak acheta à son tour un exemplaire comme avion personnel pour Faysal II.
Alors même que ces avions étaient prévus pour le transport de six passagers les exemplaires égyptiens et irakiens étaient spécialement aménagés pour n’accueillir que quatre personnes, dans un luxe discret mais bien réel. Leur habillage intérieur était assurée par le service de sellerie du constructeur automobile Rolls-Royce.

Évidemment les demandes de la RAF étaient moins dispendieuses. Elles concernaient un aménagement standardisé pour des missions de liaisons et de transport d’état-major. En outre le Q-6 Petrel devait être capable d’être transformé en moins d’une heure en avion de transport postal pour une charge marchande de 650 kilogrammes de courrier.
Finalement en juin 1939 alors que les risques de conflit ouvert avec l’Allemagne hitlérienne n’avaient jamais été aussi élevés la RAF passa un accord pour la commande de sept avions qui entrèrent en service en octobre de la même année sous la désignation de Percival Petrel Mk-I.

Extérieurement le Percival Q-6 Petrel se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse cantilever bimoteur de construction mixte en métal, contreplaqué, et bois. Il était animé par deux moteurs à six cylindres en ligne De Havilland Gipsy Six d’une puissance unitaire de 205 chevaux, entraînant chacun une hélice bipale en bois et métal. Le Gispy Six n’était alors pas un inconnu dans la RAF puisqu’il équipait notamment le biplan de transport léger et d’entraînement avancé De Havilland Dominie Mk-I ou encore l’avion de liaisons et d’entraînement Miles Mentor Mk-I. Il était donc connu des mécaniciens britanniques.
Ce qui surprenait esthétiquement parlant c’était son train d’atterrissage classique fixe dont les jambes avant étaient totalement carénées. Pour le reste l’avion avait un design assez fin, aérodynamique, et contemporain.

C’est en mars 1940 que le septième et dernier Percival Petrel Mk-I fut livré à la Royal Air Force. Ces avions ne volaient jamais à plus d’un ou deux exemplaires au sein de formations aériennes très différentes. Alors qu’il était clair que la «Drôle de Guerre» allait prendre fin et que l’affrontement entre forces alliées et Axe allait avoir lieu l’état-major de la RAF prit la décision de réquisitionner les dix Q-6 Petrel civils présents en Grande Bretagne. Lorsque l’ordre arriva par courrier aux propriétaires de ces avions l’un d’eux eut l’idée de se substituer aux autorités et de décoller en direction de la république d’Irlande alors neutre. Mal lui en prit puisqu’il s’écrasa à l’atterrissage. Si le pilote-propriétaire s’en sortit miraculeusement son avion par contre était irréparable. Les neuf autres avions furent donc pris en compte par l’aviation de Sa Majesté. Certains pourtant demeurèrent sous immatriculation civile britannique jusqu’à la fin de l’année 1940.
Les avions réquisitionnés prirent la désignation de Petrel Mk-II. Ils avaient la particularité notable de ne pas pouvoir assurer de mission postale.

Au sein de la RAF les Percival Petrel furent principalement employés comme avions de liaisons au profit des généraux et de membres du gouvernement. L’un d’eux fut même affecté de mars 1942 à juillet 1944 au sein du King’s Flight, afin de soutenir les déplacements officiels de la famille royale. Deux avions servirent également à la formation à la radionavigation au sein d’une école sise en Écosse. Ce fut là les seuls Petrel d’entraînement !
La Fleet Air Arm reçut également deux Petrel Mk-II pour ses propres déplacements d’états-majors.

Avions sûrs et bien pensés les Percival Petrel étaient des bimoteurs légers appréciés de leurs équipages, autant que de leurs passagers. Ils restèrent en service au sein de la Royal Air Force et de la Fleet Air Arm jusqu’au-delà de la fin de la guerre. Six Petrel Mk-II encore en état de vol furent rendus à leurs propriétaires en juin 1946 tandis que l’année suivante trois Petrel Mk-I étaient revendus sur le marché de seconde main.
Les avions égyptiens et irakiens volèrent globalement jusqu’au début des années 1950. Il est à signaler que lors de l’invasion soviétique de la Lituanie les deux Q-6 Petrel civils furent réquisitionnés et versés à Aeroflot qui les utilisa pour des vols intérieurs durant quelques années.

Aujourd’hui il ne demeure plus aucun Percival Q-6 Petrel en état de vol. Passablement retombé dans l’oubli cet avion marqua pourtant son époque par son confort et sa robustesse. Il servit le Royaume-Uni durant un des conflits les plus meurtriers de son histoire, sans jamais être mis en avant. C’est très souvent le lot des avions de liaisons et de transport léger.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Percival Petrel Mk-I
Envergure : 14.22 m
Longueur : 9.83 m
Hauteur : 2.97 m
Motorisation : 2 moteurs en ligne De Havilland Gipsy Six
Puissance totale : 2 x 205 ch.
Armement : aucun
Charge utile : 6 passagers ou 650kg de fret léger.
Poids en charge : 2495 kg
Vitesse max. : 315 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 6400 m
Distance max. : 1200 Km à charge marchande maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Percival Q-6 Petrel

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Percival Q-6 Petrel

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données