Les hélicoptères au cœur du drame des inondations azuréennes

Les hélicoptères au cœur du drame des inondations azuréennes

Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 octobre 2015 une partie de la Côte d’Azur a connu un de ses pires drames récents. Des pluies diluviennes sont tombées sur une partie du département des Alpes Maritimes obligeant les services de secours, et notamment les équipages des hélicoptères de la Sécurité Civile, à multiplier les interventions de sauvetage. Malgré leur diligence d’action le bilan humain est particulièrement lourd avec vingt personnes décédées et deux encore portées disparues à l’heure où ces lignes sont écrites.

Rapidement lorsque l’alerte météo a été connue le service départemental d’incendie et de secours des Alpes Maritimes (ou SDIS 06) a déclenché l’alerte. Malheureusement il était déjà trop tard. De trop nombreux riverains n’ont pas pris assez au sérieux ce « fameux » niveau orange dorénavant pointé du doigt par certains décideurs politique de ce pays. Devant l’urgence de la situation l’équipage de l’Eurocopter EC145 de la Sécurité Civile, codé Dragon 06, a été mis en alerte. Il a pris les airs pour réaliser plusieurs évacuations d’urgence par hélitreuillage.

Mais devant l’étendu de la catastrophe un renfort a rapidement été demandé. Dragon 13, arrivé des proches Bouches-du-Rhône, s’est également mis rapidement au service des sapeurs-pompiers azuréens. A eux deux les EC145 jaunes et rouges ont réalisé un total de vingt-trois missions différentes, avec à la clef de chacune bien plus d’une vie sauvée. Une nuit qui ne fut donc pas non plus de tous repos pour les pilotes de ces biturbines.

Le lendemain, dimanche 4 octobre 2015, Dragon 06 fut utilisé pour un autre genre de mission : la reconnaissance aérienne. Il s’agissait alors de pouvoir renseigner rapidement les autorités civiles et politiques françaises sur la nature même du sinistre.
Pendant ce temps-là à terre les plongeurs des pompiers locaux recherchaient les dépouilles des disparus, généralement morts noyés dans leurs véhicules voire dans leur maison.

Les grands médias européens ont beaucoup montré les images des soldats du feu transformés en pompeurs d’eau, et c’est bien normal. Il est cependant dommage qu’ils aient oublié de citer les sauveteurs du ciel qui eux aussi ont réalisé durant cette fameuse nuit un travail remarquable. Une fois encore ces fonctionnaires de la sécurité civile sont les grands oubliés de ces faits-divers. Pas pour nous.
Chapeau bas, beaucoup vous doivent la vie.

Photo © AFP

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire