C’est un accident assez rare qui s’est déroulé dans le sud de l’Angleterre ce vendredi 17 novembre à la mi-journée. Un avion de tourisme Cessna 152 et un hélicoptère léger Guimbal Cabri G2 se sont percutés en vol, causant la mort des quatre personnes qui se trouvaient dans les deux aéronefs. Chacun en effet transportait un passager en plus des pilotes respectifs !

L’avion léger et l’hélicoptère survolaient les jardins du célèbre manoir de Waddesdon quand pour une raison encore inconnue ils se sont heurté de plein fouet. Les deux personnes à bord de l’hélicoptère sont mortes sur coup tout comme le passager de l’avion. Lorsque les services de secours britanniques sont arrivés sur le site des deux écrasements le pilote du Cessna était encore en vie, même s’il était tombé dans un profond coma.

Une importante chaîne de secours s’est alors mise en route et une fois désincarcéré de la carcasse de son avion ce pilote a été évacué grâce à un Airbus Helicopters H135 sanitaire vers un hôpital londonien. Cependant quelques heures après son arrivée dans la capitale britannique il succombait à ses nombreuses blessures.

Les deux appareils incriminés étaient immatriculés au Royaume-Uni, respectivement G-JAMM et G-WACG pour l’hélicoptère et l’avion. Pour mémoire le Cessna 152 est un des modèles civils les plus répandus dans le monde de l’aviation de tourisme depuis son apparition à la fin des années 1970. Il est directement dérivé du célèbre Cessna 150 d’entraînement et de voltige aérienne conçu dans les années 1950. Quant au Guimbal Cabri G2 il s’agit d’un hélicoptère léger conçu et construit en France et qui connait un succès bien réel sur le marché civil européen où il concurrence allègrement les machines produites aux États-Unis par Robinson !

Une enquête a été confiée aux experts de l’AAIB, l’Air Accident Investigation Branch. Cependant aucune suspension des vols de Cessna 152 ou de Guimbal Cabri G2 n’a pour l’instant été requis au Royaume-Uni.

Photo © BBC.

3 COMMENTAIRES

  1. En dépit de cet accident malheureux, il convient de saluer l’excellente innovation française qu’est le Cabri G2 de la Sté Guimbal, qui rencontre un franc succès de par le monde, en particulier dans les écoles de pilotage. Il a cassé le quasi monopole que détenait dans cette catégorie d’appareil biplace, la firme Robinson avec son R22 (Il existe aussi le Sikorsky S300C, ex Shweitzer, ex Hughes).
    De surcroit le Cabri a été choisi par Naval Group (ex DCNS) et Airbus, comme appareil de base pour leur projet commun de drone embarqué VSR700. Il sera très certainement le futur drone de la Marine Nationale. Celle-ci a procédé à ce jour à des essais en mer avec le drone Camcopter S-100 de la Sté autrichienne Schiebel et prévoie de participer aux essais de mise au point du VSR700. Des essais d’appontage on eu lieu en aout 2017, avec un Cabri G2 sur la frégate Forbin.
    La Sté Guimbal est en train de mettre au point une version diesel du Cabri, ce qui n’est pas une mince affaire, compte tenu des problèmes de poids, d’encombrement, et surtout de vibrations, rencontrés par ces moteurs quand ils sont montés sur un aéronef. La marine exige pourtant ce carburant, pour des raison de risque incendie à bord des navirs, le diesel n’étant pas inflamable, ainsi que pour des raisons d’uniformité des carburants utilisés, un moteur diesel pouvant utiliser du kérosène, les deux carburants étant quasiment similaires. Le diesel présente bien évidement aussi l’avantage d’être plus économe et donc d’offrir un plus grande autonomie au drone. Avec ses 700kg, le VSR700 se situe entre le Camcopter (200Kg) et le Fire Scout (2700kg), drone à voilure tournante de l’US Navy, dont Arnaud à parlé dans un article récemment. Outre la Marine française, d’autres nations auraient déjà fait part de leur intérêt pour ce drone à voilure tournante. Encore un beau succès en prespective pour le Cabri, cette fois sans pilote et dans le domaine militaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom