Aichi E13A ‘Jake’

Aichi E13A ‘Jake’


Fiche descriptive

Appareil : Aichi E13A ‘Jake’
Constructeur : Aichi Tokei Denki K. K.
Désignation : E13A
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Jake
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Japon
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Reconnaissance, Observation

Histoire

Aichi E13A ‘Jake’ :
la bonne à tout faire, longue durée

En vue de remplacer le biplan Kawanishi E7K-2 vieux de six ans, la Marine Impériale japonaise lança en 1937 un programme pour la création d’un hydravion monoplan embarqué destiné à la reconnaissance à longue distance. Trois constructeurs furent pressentis : Aichi, Kawanishi et Nakajima. Le modèle d’Aichi vola pour la première fois en 1938, et , remplissant toutes les spécifications exigées, il fut retenu, devant son concurrent immédiat Kawanishi E13K, lors de tests comparatifs en décembre 1940. Aussitôt admis officiellement au service sous la désignation E13A-1, la production commença dès le début de l’année suivante.

Cet appareil était un monomoteur triplace entièrement métallique, à aile basse semi-elliptique repliable, et il reposait sur deux flotteurs de grande dimension. Lent, vulnérable et peu armé, sa rusticité et sa polyvalence le rendirent pourtant si utile dans les domaines les plus variés que, même dépassé, on continua de l’employer sans lui chercher de remplaçant, à la façon des Fairey Swordfish ou Douglas SBD Dauntless adverses. Ce sont d’ailleurs ces qualités qui firent de l’Aichi E13A-1 (code allié « Jake ») l’hydravion japonais le plus produit de la seconde guerre mondiale. En tout, 1418 exemplaires quittèrent les chaînes de montage entre 1941 et 1945, construits par Aichi (133), Watanabe Kyushu (1235) et le 11ème Arsenal d’Aéronautique Navale à Hiro (50).

Par la grande variété de ses utilisations, l’appareil n’est pas sans rappeler son proche « cousin » Mitsubishi F1M-2 ‘Pete’ : embarqué sur les grandes unités de la marine, il a bien sûr assuré des missions de reconnaissance et d’observation à longue distance, mais aussi de bombardement, d’appui au sol, de réglage de tir du navire porteur, de sauvetage d’équipage d’avion tombé en mer, de lutte anti-sous-marine, de liaison, de transport VIP et de harcèlement de nuit. C’est dans ce dernier emploi, à Guadalcanal, que le bruit caractéristique de son moteur le fit surnommer « Boiler-Charlie » (Charlie-la-lessiveuse).

Parce qu’il était un des plus efficaces de sa catégorie, donc discret, l’Aichi E13A-1 Jake laissa peu de souvenirs. Il termina sa carrière comme avion-suicide pour la défense du territoire national.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Aichi E13A-1 'Jake'
Envergure : 14.50 m
Longueur : 11.30 m
Hauteur : 4.78 m
Motorisation : 1 moteur Mitsubishi Kinsei-43 radial
Puissance totale : 1 x 1080 ch.
Armement : 1 mitrailleuse de 7.7mm
1 bombe de 250 Kg ou 4 bombes de 60 Kg ou le même poids en charges sous-marines
Charge utile : -
Poids en charge : 3640 kg
Vitesse max. : 375 km/h
Plafond pratique : 8730 m
Distance max. : 2090 Km
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Aichi E13A  ‘Jake’

Profil Couleur

Profil couleur du Aichi E13A  ‘Jake’

Vidéo

Aichi E13A Jake

A voir également

0
L'hydravion d'observation Mitsubishi F1M répondait à un programme de 1934 de la Marine Impériale en vue de la création d'un petit appareil à court...

0
Contrairement aux alliés, les Allemands n'accordèrent jamais une grande importance aux avions torpilleurs, mais le He 115, réputé à la fois comme mouilleur de...

0
Développé à partir de l'année 1932, le programme du Duck prévoyait le remplacement du Loening OL-9, un hydravion biplan d'observation et de liaison, par...