Caudron C.430/C.450/C.460 Rafale

Caudron C.430/C.450/C.460 Rafale


Fiche descriptive

Appareil : Caudron C.430/C.450/C.460 Rafale
Constructeur : Société Anonyme des Avions Caudron
Désignation : C.430/C.450/C.460
Nom / Surnom : Rafale
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1934
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Prototype d'avion de course

Histoire

Caudron C.430/C.450/C.460 Rafale :
les avions de course indétrônables des années 30

Les Caudron C.450 et C.460 sont des monoplaces de course construit par la Société des avions Caudron pour participer à la Coupe Deutsch de la Meurthe de 1934. Ils sont tous deux issus d’une transformation du C.430 Rafale. Le Caudron C.430 Rafale était très semblable à son prédécesseur, le C.362 de 1933. Le C.430 était un biplace de sport ou de grand tourisme, qui effectua son premier vol le 22 mai 1934.

Ce monoplan se présentait comme un biplace en tandem autour d’un profil d’aile biconvexe dissymétrique d’origine russe. Il était équipé d’une hélice à pas variable automatique Ratier, elle même entraînée par un moteur à 4 cylindres en ligne, Renault Bengali de 140 CV de 6,5 l. de cylindrée. Le fuselage, fabriqué en contreplaqué collé et les réservoirs d’essence se trouvaient dans le fuselage, l’un devant le passager et l’autre entre ce dernier et le pilote. La verrière conférait à l’avion une ligne des plus étonnantes ; elle était réalisée avec un assemblage de rhodoïd enserrant la tête de l’équipage. Pour faciliter l’accès à bord de l’appareil, deus panneaux rabattants flanquaient le côté gauche du fuselage. La voilure, de forme trapézoïdale, sans dièdre, comportait un longeron unique, comme sur tous les avions Caudron à train fixe dessinés par l’ingénieur Riffard. Le C.430 était équipé de volets d’intrados, qui présentaient l’avantage, une fois sortis, de ne pas perturber l’écoulement de l’air sur l’empennage horizontal. A l’instar de son nom, le Rafale était insaisissable, délicat à piloter, car très chargé au mètre carré. Il fut construit à seulement 2 exemplaires construits.

Pour la Coupe Deutsch de la Meurthe de 1934, on transforma un exemplaire du C.430 en C.450 et 3 exemplaires du C.460 furent construits. Le C.450, version à train fixe et motorisé avec un Renault 433, était piloté par Maurice Arnoux et inscrit en n°13, arriva le premier à la vitesse de 389 km/h. Sur les trois C.460 engagés avec les trains bloqués en position sortie et des carénages provisoires, seul celui piloté par Albert Monville arriva au bout et se plaça 3ème, derrière le Caudron C.366 de Louis Massotte.

En août 1934, Hélène Boucher battit le record de vitesse pour monoplan de cette catégorie, en atteignant 455 km/h sur le C.450. Elle participa également, avec ces camarades, aux 12 Heures d’Angers, où les quatre Caudron engagés ravirent les 4 premères places. Malheureusement, elle se tua aux commandes du second et dernier C.430 fabriqué, le 30 novembre 1934. Le jour de Noël 1934, Raymond Delmotte, chef pilote d’essais de la société Caudron établit sur un C.460 le record de vitesse en vol pour avions terrestres à 506 km/h avec un moteur Renault 456 de 6 cylindres en ligne inversé, développant 300 chevaux.

La Coupe Deutsch de la Meurthe fut à nouveau remportée en 1935 par le C.450 piloté par Raymond Delmotte. Il était motorisé avec le Renault 456 pour l’occasion. Pour cette épreuve, il était rééquipés avec de nouveaux trains rétractables Messier. Le deuxième C.460 de piloté par Yves Lacombe, termine 2ème de l’épreuve. Quand au C.450, il termine 3ème. Un podium uniquement constitué par les avions de la firme Caudron, pour la seconde année consécutive.

Le C.450 R2 sera encore engagé en 1936. Modifié en biplace pour des records (d’où le nom « R2 »), il disposait d’un poste avant très basique, apparemment sans fenêtre. Inscrit avec le n°1 et piloté par Yves Lacombe, il termine premier. La deuxième place fut remportée par un C.461, une version modifiée du C.460 avec le poste de pilotage coulé entièrement dans le fuselage, une verrière noyée. Il était piloté par Maurice Arnoux et disposait d’un moteur Renault 456 amélioré avec compresseur de 360 ch.

En 1936, l’unique appareil C.460 piloté par Michel Détroyat participa aux courses de Greve et Thompson Trophy. dans le cadre des National Air Races de Los Angeles en Californie. L’appareil était équipé d’un train atterrissage rétractable actionné à l’air comprimé et d’une hélice Ratier à deux positions, commandée elle aussi à l’air comprimée, ce qui assurait à Michel Détroyat un avantage important sur les compétiteurs équipés de trains atterrissage fixes et d’hélice sans pas variable. L’appareil était arrivé de France avec deux moteurs de 330 chevaux pour la course de Greve et de 380 chevaux pour la course de Thompson Trophy. En gagnant les deux courses, Michel Détroyat devint à cette occasion le seul pilote sur avion européen ayant gagné l’une ou l’autre compétition dans l’histoire des National air Races. L’avion sera détruit dans un accident en décembre 1936.

Ces appareils initieront une lignée d’avions de grand sport, de records, d’entraînement à la chasse et de chasse, comme le C.714 Cyclone.

Fasciné et inspiré par la beauté du design français, Tom Wathen, un habitué de la reconstruction d’avions exceptionnels, confia en 2008 la réalisation de la fabrication d’une réplique du C.460 Rafale à la société AeroCraftsman, situe sur l’aérodrome Flabob aux Etats-Unis. L’appareil participa au 48eme Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace en 2009 au Bourget.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Caudron C.460 Rafale
Envergure : 6.73 m
Longueur : 7.11 m
Hauteur : 0.00 m
Motorisation : 1 moteur Renault 456
Puissance totale : 1 x 300 ch.
Armement : -
Charge utile : -
Poids en charge : 948 kg
Vitesse max. : 506 km/h
Plafond pratique : 0 m
Distance max. : 1000 Km
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Caudron C.430/C.450/C.460 Rafale

Profil Couleur

Profil couleur du Caudron C.430/C.450/C.460 Rafale

Vidéo

La réplique du Caudron C.460

A voir également

0
En 1938, la marine américaine était consciente de son déficit en chasseurs embarqués modernes. Mis à part le Grumman F4F Wildcat alors en développement...

0
Durant la guerre froide, l'une des préoccupations premières des états-majors américains et soviétiques était de savoir qui frapperait en premier l'autre en cas de...

0
Pour beaucoup la configuration triréacteur est quasi entièrement réservée aux avions de transport civil. Les machines les plus célèbres avec cette architecture sont les...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.