Handley Page Type O/100-O/400

Handley Page Type O/100-O/400


Fiche descriptive

Appareil : Handley Page Type O/100-O/400
Constructeur : Handley Page Ltd.
Désignation : Type O/100-O/400
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : H.P.11, H.P.12
Mise en service : 1916
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier de reconnaissance à long rayon d'action

Histoire

Handley Page Type O/100-O/400 :
le premier des géants

Dès le début de la guerre 1914-1918, l’Angleterre fut confrontée à la menace de bombardement de son territoire par les dirigeables allemands, alors qu’elle ne disposait pour sa part d’aucun appareil en mesure de porter la guerre chez l’ennemi. Pour tenter de remédier à cette situation, dès la fin de 1914, l’Amirauté britannique émit un cahier des charges concernant un bombardier à long rayon d’action.

Ce fut la firme Handley-Page qui répondit en proposant un appareil résolument révolutionnaire pour l’époque. Extrapolé du projet HP L/200, qui, bien que construit, ne fut jamais assemblé, le HP O/100, biplan d’une envergure de 30 mètres (O/100 pour 100 pieds d’envergure), se présentait comme le plus grand appareil qui ait jamais été construit en Angleterre. Son cahier des charges fut l’objet de nombreuses discussions internes à l’Amirauté où certains experts défendaient l’idée d’un hydravion et d’autres celle d’un appareil terrestre. Heureusement, l’unanimité régnait sur le fait que, outre des missions de patrouille maritime et de défense côtière, l’appareil devait être en mesure d’attaquer la flotte impériale mouillé à Kiel dès qu’une quantité suffisante d’appareils aurait été construite. Le O/100 fut choisi, étant potentiellement en mesure d’effectuer ce type de mission.

Le premier vol du premier prototype eut lieu en décembre 1915, soit à peu près un an après la demande de l’Amirauté. L’appareil, bien que assez réussi, présenta d’emblée des performances insuffisantes, résultat d’une sous-motorisation certaine, ce qui amena le constructeur à alléger la structure en démontant notamment le vitrage du cockpit central et en supprimant l’armement défensif. Les modifications successives apportées tout au long des essais permirent la construction d’un second prototype dont le dessin représenta le type O/100 définitif, également dénommé H.P.11. Seulement 46 exemplaires de ce type furent construits car, vu son bon comportement, Handley-Page fit évoluer le concept de manière telle qu’un changement de nom devenait nécessaire car la machine qui voyait le jour n’avait plus beaucoup de caractéristiques en commun avec le O/100.

Le O/400, appelé aussi H.P.12, était né. Equipé d’un nouveau viseur de bombardement et de moteurs plus performants, sa puissance lui permit de transporter un engin de 750 kg, la dernière-née des bombes de l’arsenal britannique. Le déport des réservoirs de carburant dans le fuselage améliora son aérodynamique, ce qui contribua aussi à améliorer ses performances.

Ce n’est qu’en 1918 que les premiers appareils connurent le combat sur le théâtre européen, plus ou moins 400 d’entre eux étant fournis aux escadrilles de la RAF avant la fin du conflit. Le O/400 fut produit en grande série, un peu moins de 700 par Handley-Page en Angleterre et 107, sur les 1.500 initialement commandés, aux Etats-Unis sous licence Handley-Page.

Fin 1916, le Squadron 7A du RNAS fut le premier à mettre en œuvre un O/100 sur le front occidental. La première sortie opérationnelle eut lieu le 16 mars 1917, tandis que le 23 avril, un destroyer allemand était touché au cours d’une attaque diurne. Le 25 du même mois, un premier O/100 fut perdu suite à une attaque de chasseurs allemands, ce qui eut comme conséquence de ne plus assigner les O/100 qu’à des attaques nocturnes, généralement effectuées par des appareils isolés et visant surtout des ports, des aérodromes ou des nœuds ferroviaires. Enfin, en septembre 1917, des O/100 furent utilisés pour des patrouilles anti sous-marins à l’embouchure de la rivière Tees (Nord-est de l’Angleterre).

Ce n’est qu’en avril 1918 que commença le rééquipement des escadrilles en O/400. Ils furent très rapidement mis à contribution pour soutenir les troupes alliées lors de la grande offensive allemande du 21 mars 1918, la « Bataille de l’Empereur », qui, d’une extrême violence, faillit entraîner la rupture du front. Des missions comportant jusqu’à une quarantaine d’appareils furent menées à cette occasion, ce qui représenta une nouveauté en matière de doctrine d’emploi.

Une fois la guerre terminée, les O/400 furent graduellement remplacés au sein de la RAF par des Vickers Vimy et nombre d’entre eux furent reconditionnés pour un usage civil. Handley-Page constitua à ce moment sa propre compagnie aérienne, la « Handley-Page Transport » et y affecta neuf de ces appareils.

C’est paradoxalement en Chine que le O/400 termina sa carrière. Dans l’immédiat après-guerre, la République de Chine acheta six appareils désignés O/7 et les utilisa pour le transport de passagers et de courrier jusqu’en mai 1920, quand le déclenchement de la guerre civile rendit impossible la poursuite de ces services. Les appareils furent saisis par différents « Seigneurs de la guerre » qui les utilisèrent à leur profit, rendant à cette occasion leur rôle premier aux O/7, celui de bombardier. Leur usage lors des différentes batailles qui s’ensuivirent fut significatif car le parti vainqueur arracha sa victoire grâce, notamment, à une mission dévastatrice menée par des O/7 qui, au-delà des dégâts infligés, démoralisa complètement les troupes attaquées et les amena à capituler.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Handley Page O/400
Envergure : 30.48 m
Longueur : 19.16 m
Hauteur : 6.71 m
Motorisation : 2 moteurs Rolls-Royce Eagle VIII
Puissance totale : 2 x 360 ch.
Armement : 5 mitrailleuses de 7,7mm
900 kg de bombes
Charge utile :
Poids en charge : 6060 kg
Vitesse max. : 157 km/h
Plafond pratique : 2600 m
Distance max. : 1120 Km
Equipage : 4 ou 5
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Handley Page Type O/100-O/400

Profil Couleur

Profil couleur du Handley Page Type O/100-O/400

Vidéo

Handley Page Type O/400

A voir également

0
Le Tu-2 fut sans doute l'un des meilleurs avions d'attaque de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi le plus méconnu. Il trouve ses origines...

0
Lorsque les troupes allemandes entrèrent en France au printemps 1940, elles étaient loin de se douter qu'elles allaient trouver des dizaines d'avions appelés à...

0
Conçu comme une version militaire du Lockheed 14 Super Electra, le Hudson répondait à une demande de la RAF pour un bombardier patrouilleur moderne, capable...
Computer Support à l'Université de Namur (Belgique) Enseignant dans le Supérieur de Promotion Sociale Passionné d’aviation et pilote d'occasion