FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Handley Page Type V/1500
Constructeur : Handley Page Ltd.
Désignation : Type V/1500
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : HP.15
Mise en service : 1918
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier lourd à long rayon d'action

HISTOIRE

Handley Page Type V/1500 :
Le Super Handley”

Il est de coutume de dire que la Première Guerre mondiale donna naissance aux principaux concepts de la guerre aérienne contemporaine. C’est vrai. Bien entendu on pense en premier lieu aux avions d’observation et aux chasseurs mais le bombardement aérien apparut à cette époque et avec lui son sombre cortège de destruction. Même s’ils ne remplacèrent pas encore l’artillerie lourde terrestre les bombardiers quadrimoteurs furent inventés à cette occasion. Dans cette catégorie d’avions on pense généralement aux Daimler, Gotha, et Zeppelin-Staaken allemands mais les nations de la Triple Entente aussi surent en développer. Et c’est du Royaume-Uni que vînt sans doute l’avion le plus perfectionné de ce genre durant le conflit, à la fin de celui-ci pour être exact : le Handley Page Type V/1500.

À la fin de l’année 1917 les principaux bombardiers lourds en service au sein du Royal Flying Corps et du Royal Naval Air Service étaient les bimoteurs Handley Page Type O/400. Une nouvelle génération était censée arriver rapidement en unité sous la forme des Vickers F.B.27 Vimy mais cela demeurait des avions au rayon d’action réduit par la présence de seulement deux moteurs.
Les états-majors britanniques et français connaissaient parfaitement les avions allemands, et notamment leurs redoutables bombardiers lourds quadrimoteurs capables de frapper Londres et donc Paris depuis leur propre territoire. Il fallait riposter. C’est alors que les Britanniques eurent l’idée de demander à Handley Page d’extrapoler du Type O/400 un quadrimoteur lourd à long rayon d’action. L’objectif de ce futur avion était alors simple : déverser des centaines de kilogrammes de bombes sur Berlin depuis des bases situées dans l’est de l’Angleterre.

Les ingénieurs de Handley Page se mirent à l’œuvre dès le début de l’année 1918. Ils opéraient dans le plus grand secret. L’avion était considéré par Londres comme une priorité absolue et un secret jalousement gardé. Même l’état-major français en savait le moins possible à son sujet. Rapidement il fut connu sous la désignation de Type V/1500.
Extérieurement ce géant des airs devait beaucoup au Type O/400, même s’il possédait une envergure accrue et était sensiblement plus haut. Son fuselage avait été redessiné. Surtout le nouveau bombardier était quadrimoteur, même si cela ne se voyait pas forcément de prime abord. En effet ses moteurs Rolls-Royce Eagle Mk-VIII à douze cylindres en V d’une puissance unitaires de 375 chevaux étaient installés en mode push-pull. Deux étaient donc tractifs et les deux autres propulsifs. L’armement du Type V/1500 était également très impressionnant pour son temps : cinq mitrailleuses mobiles Lewis de calibre 7.7 millimètres, deux jumelées dans les postes de tir avant et dorsaux, et une seule dans le poste ventrale. La charge en soute était de 3400 kilogrammes de bombes maximum. Sa charge standard consistait en trente bombes de 113 kilogrammes chacune, incendiaires ou explosives.
D’où qu’on le regardait le Handley Page Type V/1500 impressionnait. Il réalisa son premier vol le 22 mai 1918.

L’avion était pourtant délicat à produire et les deux premiers exemplaires de série n’arrivèrent en unité qu’à la fin septembre 1918. Ils furent affectés au sein du N°166 Squadron de la jeune Royal Air Force. Basés sur le terrain d’aviation de Bircham Newton dans le comté anglais du Norfolk ils furent immédiatement engagés dans des raids contre les positions allemandes en Belgique et en France.
Cependant le haut état major allié estimait qu’il faudrait au moins dix Type V/1500 pour réaliser une mission significative contre Berlin. La RAF devait patienter que les ouvriers de Handley Page aient terminé leur travail.

Début novembre le N°166 Squadron reçut un troisième Type V/1500 et on commença à réfléchir à cependant les engager tous les trois dans un raid contre Berlin avec des bombes incendiaires. La date du 8 novembre fut choisie et transmise à l’état-major de la Royal Air Force. Un ordre formel de ne pas lancer la mission revint très vite à Bircham Newton. En fait le haut état-major allié négociait l’Armistice avec les forces allemandes et austro-hongroises. Celui-ci entra en vigueur le 11 novembre 1918, soit trois jours après la date initialement prévu pour frapper la capitale allemand.
La fin de la Première Guerre mondiale ne tua cependant pas la volonté britannique de disposer de ses bombardiers Type V/1500. Elle ne fit que réduire considérablement la commande. De trois cents avions elle passa à trente-deux.
Au vingtième avion de série le poste de tir ventral laissa la place à un poste de queue, également doté d’une unique mitrailleuse Lewis de calibre 7.7 millimètres.

Finalement Handley Page livra le dernier Type V/1500 en décembre 1920. Entre temps l’avion avait su gagné le surnom de «Super Handley» en réalisant plusieurs vols records. Entre le 13 et le 30 décembre 1918 il assura la première liaison aérienne entre la Grande Bretagne et l’Inde. Des escales techniques eurent lieu en Italie, à Malte, en Égypte, et enfin en Irak. L’avion demeura stationné dans la région plusieurs semaines.
À son retour de mission en mai 1919 , il fut déployé en Afghanistan et attaqua Kaboul en soutien de bombardiers légers Royal Aircraft Factory B.E.2. L’actuelle capitale afghane fut partiellement détruite et on compta des milliers de morts civils dans l’opération.
Le bombardement stratégique était né.

En 1919 également un Handley Page Type V/1500 fut convoyé par bateau vers le Canada. L’idée était de réaliser depuis Terre-Neuve la première traversée aérienne de l’Atlantique nord. Malheureusement ce raid longue distance n’eut jamais lieu, les explorateurs Alcock et Brown ayant réussi leur traversée sur Vimy quelques jours plus tôt.
À la même époque l’avionneur eut l’idée de construire une version de transport civil dérivé du Type V/1500 sous la désignation de Type W/8. L’avion participa à poser les bases de l’aviation commerciale britannique. Il pouvait emporter douze passagers.

À partir du milieu de l’année 1924 les Handley Page Type V/1500 commencèrent leur retrait du service au sein de la RAF. Cette même année leur désignation constructeur devînt HP.15, l’avionneur ayant modifié sa nomenclature maison. Au cours du conflit suivant Handley Page développa un autre bombardier lourd quadrimoteur, le très réussi et terriblement efficace HP.57 Halifax. Handley Page s’était fait une spécialité dans les avions multimoteurs.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Handley Page Type V/1500
Envergure : 38.40 m
Longueur : 19.51 m
Hauteur : 7.01 m
Motorisation : 4 moteurs en V Rolls Royce Eagle Mk-VIII
Puissance totale : 4 x 375 ch.
Armement : Cinq mitrailleuses mobiles de calibre 7.7mm et jusqu'à 3400 kg de bombes
Charge utile :
Poids en charge : 13610 kg
Vitesse max. : 160 km/h à 2000 m
Plafond pratique : 3300 m
Distance max. : 2100 Km à charge maximale
Equipage : 5
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Handley Page Type V/1500

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Handley Page Type V/1500

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données