Junkers Ju 287

Junkers Ju 287


Fiche descriptive

Appareil : Junkers Ju 287
Constructeur : Junkers Flugzeug Motorenwerke AG
Désignation : Ju 287
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1945
Pays d'origine : Allemagne (IIIe Reich)
Catégorie : Avions expérimentaux
Rôle et missions : Bombardier expérimental

Histoire

Junkers Ju 287 :
l'aile inversée sur un bombardier allemand

Dans les derniers mois de la Seconde Guerre Mondiale les avionneurs allemands se lancèrent dans divers programmes très innovants mais quelques-uns uns seulement aboutirent à la construction de prototypes, alors que la plus part ne dépassèrent pas le stade d’ébauche sur papier. Toutefois parmi ceux qui furent usinés figure un prototype de bombardier à réaction qui à lui seul représentait toute l’excellence des ingénieurs allemands de cette époque mais également, et tout le paradoxe de l’Allemagne nazi de cette fin de guerre est là, le système D imposé par les nombreuses attaques des Alliés sur les centres industriels de l’Axe. Cette machine est le Junkers Ju-287.

Dès 1941 le bureau d’étude Junkers s’intéressa aux ailes à flèche inversée, un principe censé permettre une meilleure stabilité lors des phases de vitesses élevées. Toutefois ce type de voilure était totalement incompatible avec les hélices des moteurs à pistons équipant à cette époque les avions. Avec l’avènement des réacteurs, la donne changea pour ce type d’aéronefs très particuliers et Junkers décida fin 1943 alors même que la situation stratégique avait changé du tout au tout, que les Alliés remportaient victoires sur victoires, que l’Allemagne était sous le feu des bombardiers de l’US Army Air Force et de la Royal Air Force, et que le Débarquement sur les côtes nord de la France étaient devenue une évidence, malgré tous ces facteurs défavorables pour l’avionneur, un appareil à aile en flèche inversée allait naître : le Ju-287.

Pour des raisons économiques, et parce qu’aux yeux du RLM (ministère nazi de l’air) et de la Luftwaffe la priorité était à la production en masse de chasseurs de défense aérienne, le nouveau prototype utilisa des pièces provenant d’avions très divers, parfois même de machines américaines. Ainsi le fuselage était issu d’un Heinkel He-177, l’empennage provenait d’un Junkers Ju-388, le train d’atterrissage principale d’un Junkers Ju-52, et la roulette de nez d’un bombardier Consolidated B-24 récupéré par la Luftwaffe. Tout le reste de l’avion était neuf.

L’avion se présentait sous la forme d’un quadriréacteur monoplan à aile en flèche inversée disposant d’un fuselage métallique, d’un empennage classique, d’un train d’atterrissage escamotable, et d’un cockpit largement vitré. Les quatre réacteurs Junkers Jumo étaient implantés de manière très particulière : deux d’entre eux fixés de manière classique sous l’intrados de voilure tandis que deux autres étaient collés le long de l’avant du fuselage, juste derrière le cockpit. Au niveau de l’armement l’avion embarquait deux mitrailleuses lourdes MG131 d’un calibre de 13mm en tourelle arrière automatique, tandis que la soute à bombes était prévue pour une charge de quatre tonnes. L’avion disposait d’un radar issu de ceux équipant les chasseurs de nuit de l’époque. Le Junkers Ju-287 effectua son premier vol le 16 août 1944.

Lors des essais en vol l’avion ne fut jamais armé de ses bombes, mais reçu des poids morts, des lests en béton représentant la charge offensive. Ces lests permirent aux pilotes d’essais de pousser le Junkers aux limites possibles sur ce type d’avions. Les essais démontrèrent les qualités remarquables du quadriréacteur.

Dans l’esprit des responsables de la Luftwaffe le Ju-287 était censé pouvoir servir dans le cadre du programme nucléaire nazi, comme vecteur de frappe pour un bombardement avec une arme atomique. Toutefois les opérations commandos menés par la RAF et par les SAS (forces spéciales britanniques) annihilèrent le programme de développement de l’arme nucléaire en Allemagne. Le Ju-287 redevint donc très rapidement un prototype de bombardier conventionnel.L’appareil était censé remplacer à la fin de 1945 les quelques rares bombardiers lourds de la Luftwaffe, mais surtout mettre à la retraite l’Arado Ar-234.

Alors que les usines de Junkers étaient devenues, à l’instar de celles de Messerschmitt et de Dornier, des cibles privilégiées pour les Alliés, l’équipe d’ingénieurs à l’origine du quadriréacteur tombèrent avec le second prototype en phase finale d’assemblage aux mains des troupes soviétiques. L’Armée Rouge ne tarda pas à expédier le prototype, désigné Ju-287V1, mais également toutes les pièces détachées et les équipes techniques en URSS. Là ils travaillèrent jusqu’à la fin des années 40 à la mise au point du bombardier EF-140, considérée comme la version aboutie du Ju-287. Malgré ses quelques qualités l’EF-140 ne fut pas construit en série.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Junkers Ju 287
Envergure : 19.40 m
Longueur : 18.06 m
Hauteur : 5.40 m
Motorisation : 4 réacteurs Heinkel HeS 011-A
Puissance totale : 4 x 1300 kgp.
Armement : 4000 kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 31230 kg
Vitesse max. : 885 km/h à 7000 m
Plafond pratique : 14000 m
Distance max. : 5 Heure(s) 42 min
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Junkers Ju 287

Profil Couleur

Profil couleur du Junkers Ju 287

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Au lendemain de la Bataille d'Angleterre, la Royal Air Force avait tout du vainqueur, ayant réussi grâce à ses Hurricane et Spitfire à enrayer...

0
Avec l'avènement dans les années 50 des premiers avions à réaction, mais également des premiers hélicoptères modernes les militaires commencèrent à s'intéresser à un...

0
Parmi les prototypes restés dans l'histoire aéronautique figurent les avions expérimentaux destinés à tester des situations particulières ou à élaborer des domaines de vols,...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

CONTENUS SIMILAIRES

3