La mort récente de l’acteur français Jean Rochefort m’a donné envie de vous narrer une mésaventure qui lui était arrivé en 2000 sur le tournage du film avorté «The man who killed Don Quixote» du réalisateur anglais Terry Gilliam. L’aviation n’est pas étrangère à un des épisodes les plus marquants de ce tournage catastrophe, sous la forme de F/A-18 Hornet appartenant à l’Ejército del Aire. Le comédien français mais aussi son collègue américain Johnny Deep tenaient les rôles titres tiré du célèbre roman écrit par Cervantès au début du 17ème siècle.

Alors que l’ancien Monty Pythons dirige ses acteurs, avec donc Jean Rochefort dans le rôle de Don Quichotte et Johnny Deep dans celui de son fidèle écuyer Sancho Panza. Tous deux montent, le premier sur un cheval, le second sur un âne. Le silence sur le plateau est demandé, le réalisateur lance la caméra, le jeu des acteurs commence. Et là tout à coup deux F/A-18 Hornet espagnols survolent le plateau à basse altitude.

Coupure du tournage, pause de dix minutes, les acteurs remontent ensuite sur leurs montures, le silence se refait sur le plateau, la caméra est lancé, Rochefort et Deep reprennent leurs rôles respectifs… et les deux F/A-18 reviennent dans l’autre sens. Début d’exaspération chez Terry Gilliam mais surtout, et c’est plus grave sur un tournage, un fou rire commence à saisir certains membres de l’équipe… dont les deux acteurs principaux.

Terry Gilliam ordonne une pause d’une heure. Durant celle-ci aucun avion ne survole le plateau de tournage. Celui-ci peut reprendre. Belote et rebelote, Jean Rochefort et Johnny Deep remontent sur leurs destriers, le silence se fait parmi les équipes, l’action est lancée, la caméra braquée sur les deux vedettes, et là les deux F/A-18 reviennent !

C’en est trop pour Terry Gilliam qui suspend le tournage pour la journée. Entre temps un de ses chargés de production découvre qu’une manœuvre aérienne de l’OTAN se déroule dans la région toute la semaine et que des avions américains et européens vont arriver. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

Au final le film enchaînera les galères les plus invraisemblables, et de ce fait ne se fera jamais !

Photo © Ejército del Aires

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • C’est en effet une anecdote pas forcément très connue mais intéressante car symbolique de ce que les avions peuvent causer comme désagréments sur les tournages. Dans un autre domaine l’équipe de Kaamelot avait eu des soucis quand ils ont tourné les épisodes du Livre VI dans la banlieue de Rome avec des avions de ligne qui survolaient le site lors de leurs phases d’approche !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom