Quand on doit administrer un territoire gigantesque le principe d’un état fédéral est loin d’être le plus mauvais. Et ça le Brésil le sait. Or ces derniers jours le pays a demandé à la Força Aérea Brasileira d’apporter son concours à la tenue de l’élection présidentielle en désenclavant certaines communes isolées à l’aide de ses avions et hélicoptères. Une mission de service publique qui a notamment permis l’acheminement des urnes et différents équipements électoraux.

Grosse panique en fait en fin de semaine dernière dans les allées du pouvoir brésilien : plusieurs rapports font état qu’une trentaine de communes ne possède pas d’urnes électronique nécessaire au vote. Une situation particulièrement tendue et qui risquerait de faire annuler le scrutin. La solution trouvée alors par le ministère de la défense brésilien est le recours aux avions et hélicoptères militaires afin de permettre le transport du matériel électoral.

Dans l’urgence la Força Aérea Brasileira mobilise deux avions-cargos Casa C-105 Amazonas et une dizaine d’hélicoptères, de trois modèles différents : Eurocopter CH-34 Super Puma et CH-36 Caracal mais également des Sikorsky CH-60L Blackhawk. Chacun des deux avions emporte le matériel électoral et les fonctionnaires chargés d’assurer le bon fonctionnement de ce scrutin. Reste ensuite aux hélicoptères à assurer la distribution finale auprès des communautés les plus reculées du territoire brésilien.

Particularité propre au respect du code électoral brésilien : les mitrailleuses de sabord type gundoor avaient été déposées des hélicoptères. Une manœuvre afin d’éviter d’éventuels recours d’un parti politique ou d’un autre contre l’utilisation de ces machines militaires. Le Brésil est en effet un pays encore particulièrement traumatisé par la période de dictature militaire en 1964 et 1985.

Seul véritable hic dans ces opérations : même au Brésil toutes les communes ne possèdent pas un terrain de football ou n’importe quel espace dégagé nécessaire à l’atterrissage et au déchargement d’un hélicoptère d’assaut. Du coup à trois reprises les équipages ont été obligé d’hélitreuiller le matériel et les fonctionnaire au plus près des futurs bureaux de vote. Une technique toujours aussi dangereuse quand on sait que ces municipalités se trouvaient en pleine forêt amazonienne, loin de toute structure médicale majeure.

Déchargement de matériel électoral depuis un Blackhawk.

Globalement pourtant cette mission s’est bien déroulée. Les avions et hélicoptères ont tous pu livrer leur précieuse cargaison… qui restera sur place pour le second tour. De leurs côtés les pilotes de la Força Aérea Brasileira ont démontré leur très haut niveau de très professionnalisme.
Le vol en forêt amazonienne est véritablement leur spécialité.

Photos © Força Aérea Brasileira.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom