Le Père Noël a eu un peu d’avance cette année sur la Base Aérienne 123 d’Orléans Bricy. Ce vendredi 22 décembre 2017 le premier des deux Lockheed-Martin C-130J-30 Super Hercules a posé son train d’atterrissage sur le tarmac de sa (désormais) base de rattachement. C’est au sein de la 62ème Escadre de Transport qu’opérera dans quelques jours cet avion tant attendu.

Depuis quelques temps déjà nous vous avions annoncé l’heureux évènement, cette fois ça y est le bébé est arrivé. Bon un bambin d’un fort beau gabarit mais un nouveau-né tout de même. Ce Lockheed-Martin C-130J Super Hercules sera suivi l’an prochain d’un second exemplaire tandis que deux KC-130J de ravitaillement en vol arriveront en 2019.

C’est par un temps maussade typique du début d’hiver dans cette région à mi-chemin de la Beauce et de la Sologne que le quadrimoteur à turbopropulsion a découvert le sol de France. Un Boeing y aurait assurément été moins dépaysé qu’un Lockheed-Martin ! Pour autant les traditions ont été respectées et c’est avec les jets des canons à eau des véhicules mousses aéroportuaires des pompiers de l’Air que le nouvel avion-cargo a été accueilli.
Mouillé pour mouillé, autant l’être vraiment !

L’Armée de l’Air rejoint donc le club assez fermé des utilisateurs à la fois du C-130H Hercules et de son petit frère. Un club où on compte notamment (excusez du peu !) la Royal Air Force et l’US Air Force.


Une chose est sûre, les spotters français vont s’en donner à cœur joie pour essayer de prendre en plein vol ce nouveau coucou hors de son nid !

Photos © Armée de l’Air.

Publicité

8 COMMENTAIRES

      • D’accord avec vous Arnaud, on peut être enthousiaste pur un « vieux » coucou ! D’autant plus que le Hercules était le 1er turboprop a croiser aussi vite qu’un jet de transport de l’époque

        • Oui 215 c’était le dernier chiffre souhaité par le Gal Lanata Chef d’Etat Major de l’armée de l’air, mais le gouvernement ne l’avait jamais repris. De façon général j’ai du mal à suivre les chiffres évoqués pour les chasseurs, car ils changent sans arrêt, entre les prévisions des lois de programmation et les commandes effectives. Et les publications ne précisent pas toujours si le chiffre annoncé comprend les appareils de la marine, et s’il s’agit du nombre de Rafales avec ou sans les Mirage, les 2000D devant rester jusqu’à au moins 2030..

  1. Au delà de l’intérêt que chacun porte à cet appareil, ce qui est étonnant c’est le zèle de communication de l’armée de l’air à son sujet.. Informer de la première mise en peinture, du roll out, du premier vol, de la réception par l’armée française, c’est un déploiement d’informations que l’on rencontre habituellement pour un nouveau model et qui est plus rare pour un avion déjà éprouvé dans d’autres pays. Faut-il y voire un moyen pour l’état major de mettre la pression sur Airbus et son A400M ?.

  2. Très bonne nouvelle, cela va permettre à la flotte de Transall de souffler un peu avant le remplacement définitif par l’A400M, que les troupes parachutistes puissent effectuer leur saut d’entrainement pour maintenir leur qualification.
    Par contre, c’est un appareil qui n’a rien à voir avec les anciennes versions de l’Hercule.
    Quelle longévité pour un appareil dans le premier vol date des années 50.
    Cordialement Sylvain PASSEMAR.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom