Est-ce le début d’une difficile loi des séries en Algérie ? On est en droit de se le demander quelques semaines seulement après le drame de l’Ilyushin Il-76 ? Ce dimanche 3 juin 2018 en après-midi un avion de transport tactique Lockheed C-130H Hercules appartenant à l’Al Quwwat Aljawwiya Aljaza’eriiya a réalisé une sortie de piste. L’accident a causé des blessures assez légères aux huit membres d’équipage du quadrimoteur à turbopropulseurs. L’incident s’est déroulé lors de l’atterrissage de l’avion-cargo sur la base militaire de Biskra dans le nord-est du pays.

Les médias algériens ont immédiatement relayé l’information, eux qui avaient été pointé du doigt pour une certaine complaisance vis à vis du pouvoir au moment du drame de l’Ilyushin Il-76 au mois d’avril. Ils n’ont pas reproduits deux fois la même erreur.
Cependant comme souvent avec les médias généralistes tout (et un peu n’importe quoi) a été écrit à propos de cet accident. L’avion incriminé est un Lockheed C-130H Hercules, la version la plus communément présente dans les rangs de l’Al Quwwat Aljawwiya Aljaza’eriiya. Pour autant ces avions-cargos livrés dans le courant des années 1980-1990 ne sont pas parmi les plus modernes des C-130H, l’Algérie n’ayant procédé à aucun chantier de modernisation sur ces machines.

Les causes de l’accident semblent encore assez floues.
Tout au plus sait-on que l’Hercules incriminé s’est en partie brisé les ailes en sortant de piste à l’atterrissage. Les services de secours de la base, mais aussi de l’aéroport civil le jouxtant, sont rapidement arrivés sur zone. Ils ont permis d’extraire les blessés avant que l’avion ne s’embrase partiellement. Le début d’incendie a été très rapidement circonscrit. Les victimes ont ensuite été évacuées vers deux hôpitaux de la région, sans qu’aucun pronostic vital ne soit engagé.

Cette sortie de piste du Lockheed C-130H Hercules risque bien de relancer localement le débat sur leur remplacement par des avions plus modernes, idéalement des Lockheed-Martin C-130J Super Hercules. Un programme d’achat suspendu aux bonnes volontés de l’administration Trump bien plus qu’aux capacités économiques algériennes.

Photo © Keypublishing.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom