C’est une aventure d’un demi-siècle cette année qui va bientôt prendre fin. Et c’est le constructeur européen Airbus Helicopters qui a décidé d’ouvrir le bal en proposant rien moins que trois modèles d’hélicoptères différents, dont un assez surprenant. L’idée est donc de trouver un appareil capable de succéder au Westland Puma en service dans la Royal Air Force depuis l’été 1971. À n’en pas douter d’autres hélicoptéristes, notamment américains et italiens seront également sur les rangs.

C’est en effet début 2025 que les premiers hélicoptères Westland Puma HC.2 quitteront le service dans la Royal Air Force. Rappelons que toutes ces machines sont des Puma HC.1 modernisés entre 2014 et 2015 par Airbus Helicopters afin de leur permettre de se maintenir en état de vol une décennie de plus. Dans environ quatre ans il est en effet fort possible que ces hélicoptères commencent à sérieusement accuser le poids des ans. D’autant que la RAF les emploie à toutes les sauces ou presque. Des montagnes d’Afghanistan aux sables du désert irakien en passant par l’assistance aux populations civiles en Grande Bretagne ils sont de tous les engagements, souvent dans l’ombre des birotors Boeing Vertol Chinook HC.5/HC.6 jugés bien plus médiatiques.
Aujourd’hui vingt-trois des vingt-quatre Puma HC.2 livrés à la RAF sont donc encore en service.

Même si officiellement aucun contrat d’acquisition d’un remplaçant n’est annoncé il est évident pour la majorité des observateurs internationaux que la Royal Air Force ne perdra pas sa capacité de transport d’assaut. Reste à savoir quelle machine pourra remplacer le camion volant Puma HC.2 ? Et donc ce jeudi 21 janvier 2021 c’est l’industriel européen Airbus Helicopters qui le premier s’est mis sur les rangs proposant trois machines différentes dont deux sont des succès sur le marché militaire.

Pour succéder à cette machine les gens de chez Airbus Helicopters pensent en tout premier lieu au H225M Caracal. Cet hélicoptère est largement considéré comme le successeur naturel du Puma, c’est notamment son rôle dans l’Aviation Légère de l’Armée de Terre et dans l’Armée de l’Air et de l’Espace. C’est aussi un hélicoptère qui, bien qu’assez onéreux, est un franc succès à l’export avec des exemplaires vendus à neuf pays étrangers. Il faut signaler qu’en Indonésie et en Thaïlande il a été acheté pour remplacer… le Puma !
L’autre proposition est tout aussi logique puisque là encore il remplit ce rôle dans l’Aviation Légère de l’Armée de Terre mais également dans l’Ejercito del Aire. Il s’agit évidemment du NH-90 Caïman TTH dont Airbus Helicopters est un des maîtres d’œuvres. Bien que le Royaume-Uni ait au départ refusé d’entrer dans le programme afin de ne pas risquer de court-circuiter son EH-101 en développement conjoint avec l’Italie il est désormais indéniable que cette machine est un hélicoptère d’assaut extrêmement efficace. Son engagement au Mali notamment l’a démontré.

Si ces deux machines sont quasi évidentes comme compétiteur en vue du remplacement des Puma HC.2 la troisième est beaucoup plus surprenante. L’industriel européen propose rien moins que l’Airbus Helicopters H175, c’est à dire un hélicoptère à priori destiné au marché civil et parapublique. Bien que plus petit que le Puma HC.2 le H175 serait en fait considéré comme un complément à des deux autres appareils cités ci-dessus, notamment pour des missions de servitude ou encore d’assistance aux populations. Bon choix ou pari osé ? Reste à savoir s’il ne s’agit pas là aussi d’une manière pour l’hélicoptériste d’engager le développement d’un futur H175M à vocation militaire ? L’avenir répondra à ces interrogations.

Le Puma, un hélicoptère mythique dans la Royal Air Force.

Bien sûr les concurrents que sont Bell Helicopters et Sikorsky aux États-Unis ou encore Leonardo en Italie n’en resteront pas là, ils ne vont pas laisser le champ libre à Airbus Helicopters sans broncher. Même si le contrat ne concernerait qu’une vingtaine d’hélicoptères la Royal Air Force est un client assez prestigieux et le Puma un appareil assez légendaire pour attiser les convoitises. Une belle bataille commerciale en perspective donc.

Photos © Royal Air Force.

 

Publicité

2 COMMENTAIRES

    • C’est surtout que le Merlin ne peut pas remplacer le Puma il est bien trop gros et trop peu adapté à ce genre de missions. La RAF avait justement modernisé ses Puma HC.1 en Puma HC.2 quand elle a découvert que le Merlin était beaucoup de choses mais sûrement pas un hélicoptère de transport d’assaut.
      Pour la petite histoire Eric69 le magazine de référence anglophone Air Force Monthly avait en 2013 publié un article dans lequel des officiers britanniques annonçaient que pour eux le Caracal ou à défaut le Cougar pouvaient être les seules machines pour remplacer le Puma.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom