On ne peut qu’être sous le choc devant une telle catastrophe aérienne. Ce mercredi 11 avril 2018 un avion-cargo Ilyushin Il-76TD s’est écrasé peu après son décollage d’une base aérienne de la banlieue sud d’Alger, causant la mort des 257 personnes se trouvant à son bord. Fait notable pour un avion militaire de nombreux enfants se trouvaient à bord. Même si on ignore encore actuellement les causes concrètes de l’accident il n’est pas inenvisageable que l’avion était en surcharge.

C’est aux alentours de 8 heures du matin (heure locale) que le drame s’est joué. L’avion venait juste de décoller de la base aérienne de Boufarik à trente kilomètres d’Alger et se dirigeait vers l’aéroport de Béchar près de la frontière avec le Maroc à un peu plus de 1500 kilomètres. Moins de cinq minutes après le décollage alors que l’avion avait à peine parcouru 25 kilomètres il a piqué du nez et s’est écrasé dans un terrain agricole. Les réservoirs de carburant étant pleins, l’avion s’est immédiatement embrasé.

Lorsqu’ils sont arrivés les services de secours n’ont rien pu faire, les 257 passagers et membres d’équipage avaient péri. Il s’agit de la plus grave catastrophe aérienne que l’Algérie ait connu depuis son indépendance en 1962. D’ores et déjà le gouvernement a décrété trois jours de deuil national.

Pour autant de nombreuses questions subsistent autour de cette catastrophe. D’abord sur la capacité réelle d’accueil de l’avion. L’Ilyushin Il-76TD est une version civile conçu à l’origine à la demande d’Aeroflot durant la guerre froide pour des missions de transport mixte : fret et passagers. Il possède donc un aménagement modulable soit pour recevoir des palettes de transport soit des sièges passagers comme sur un avion de ligne classique. Sa structure est d’ailleurs renforcée. Des exemplaires militaires volent donc en Algérie mais également en Angola, en Iran, et en Libye.
Or l’Il-76TD est donné pour une capacité maximale de transport de 220 à 230 passagers en configuration haute densité. Alors comment expliquer que 247 passagers avaient pris places à son bord ? Les dix membres d’équipage connaissaient forcément leur avion et donc ses limites. Ces passagers étaient en fait des militaires et leurs familles, ce qui explique la présence de nombreux enfants parmi les dépouilles des victimes.

Ce drame en rappelle forcément un autre, celui du Shaanxi Y-8 birman en juin de l’année dernière où là encore un avion-cargo transportait des militaires et leurs familles. Ce genre de drames marque forcément les esprits.

Photo © Wikimédia Commons

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • Sauf monsieur Dahmani qu’ici nous parlons d’un Il-76TD aménagé en transport de passagers. J’imagine mal la force aérienne algérienne considérer ses passagers, militaires et leurs familles, comme du fret. Non ?

      • Ça reste un avion de transport militaire. Il était (je l’espère) en configuration transport de troupe, c’est à dire avec des strapontins courant le long de l’avion, mais certainement pas des sièges. Dans le cas contraire, je demande à voir. En tout cas c’est tragique. RIP et condoléances aux familles et aux algériens en général…

      • Il ne s’agit pas de considérer des êtres humains comme du fret. Techniquement parlant, ces passagers ont un poids. L’avion a une capacité de charge de 47 T. Si vous pensez que les 257 personnes avaient un poids total qui dépassait la capacité de charge de l’avion, cela n’engagerait que vous.

  1. L enquête vas commencé attendons les expertises pour le moment je transmet toutes mes condoléances aux familles des disparus Allahi raghemhoum

    • S’il vous plait monsieur Fekir, restons en français, essayons de ne pas écrire dans d’autres langues surtout que l’arabe n’est pas comprise par le plus grand nombre. D’avance merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom