Rien à voir avec les quelques centimètres de poudreuse qui recouvrent la moitié de la France depuis quelques heures. Depuis le début de la semaine les deux aéroports américains de Chicago ainsi que les installations de l’Air National Guard ont été quasi totalement fermés en raison à la fois de chutes de neiges très importantes et d’un froid polaire considéré comme historique. Des compagnies aériennes comme American Airlines, Southwest Airlines, ou encore United Airlines n’ont pas connu une seule rotation ce lundi 28 et ce mardi 29 janvier 2019. Une situation qui ne devrait pas s’améliorer avant plusieurs jours.

Seuls trois avions ont décollé sur ces deux jours de la plateforme de Midway, en fait des bimoteurs à turbopropulseurs légers De Havilland Canada DHC-6 Twin Otter. Avant que ces rotations régionales ne leurs soient interdites. Quand à Chicago O’Hare, qui dessert notamment les lignes vers l’Europe et le Moyen Orient, aucun avion n’a décollé… ou atterrit.
Il faut dire que malgré le travail des camions déneigeurs c’est plus de 70 centimètres de poudreuse qui se retrouve sur les pistes et taxiways de l’Illinois.

Même les hélicoptères de service publique sont en restriction maximale de vol, les appareils de la police ne prenant les airs que sur alerte. Seuls les Sikorsky MH-60T Jayhawk et Eurocopter MH-65D Dolphin du D9 de l’US Coast Guard ont l’autorisation de réaliser des missions de sauvetages et d’évacuation sanitaire dans la zone. Les hélicoptères sanitaires plus habituels sont eux cloués au sol en raison du froid extrême, enregistré entre -40 et -30°C sur la région des Grands Lacs. Et on encore on ne parle pas de la fameuse «température ressentie». C’est là qu’on est content que l’Europe occidentale soit baignée par les eaux du gulfstream.

De même les activités aériennes de Peoria ANGB et Scott AFB sont stoppées. Les Boeing KC-135R Stratotanker du 126th Air Refueling Wing et les Lockheed C-130H Hercules du 182d Airlift Wing sont donc temporairement cloués au sol. Dans le même temps l’Illinois Air Wing de la Civil Air Patrol a aussi vu ses avions légers interdits de vol jusqu’à nouvel ordre.

Toutes ces restrictions autour de Chicago peuvent prêter à sourire mais elles impactent très fortement l’activité économique du nord des États-Unis. Le phénomène météorologique à son origine est appelé vortex polaire par les spécialistes et serait le plus important des 100 dernières années dans la région.

Photo © AFP.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom