Le torchon brûle entre Helsinki et Moscou avec cette nouvelle querelle. Il y a quelques jours la très sérieuse agence de presse russe Tass annonçait officiellement que le ministère russe de la défense avait terminé les travaux d’une base aérienne sur l’île de Hogland. Celle-ci devrait permettre d’accueillir d’ici à quelques jours maintenant des hélicoptères d’assaut et d’attaque au sol à quelques kilomètres seulement des côtes estoniennes et finlandaises. L’OTAN parle de son côté d’une énième provocation.

Car si la position stratégique de Hogland est indiscutable, à 35 kilomètres des côtes estoniennes et 55 de celles de la Finlande, cet île n’a jamais été aussi lourdement militarisée. Même au plus fort de la guerre froide la marine soviétique n’y entretenait qu’un petit sémaphore, détruit au début des années 1970 durant une tempête et jamais reconstruit par la suite. Or cette base aérienne nouvellement construite pourrait bien rebattre les cartes dans la région. Car elle va légitimer à sa manière les survols d’aéronefs militaires entre la Russie continentale et l’île, au plus près des côtes d’un état membre à la fois de l’OTAN et de l’Union Européenne.

Sur la base de Hogland pourront s’installer selon l’agence Tass tous les modèles d’hélicoptères militaires d’attaque et d’assaut en service en Russie. Des Kamov Ka-52 bien entendu donc mais également des Mil Mi-17 et Mi-24, jusqu’au gigantesque Mi-26 de transport lourd. Cependant les appareils de l’aéronavale devraient en être exclus, seules l’armée et la force aérienne russes semblant en avoir l’usage. Les helipads installés, au nombre de cinq, démontrent la capacité de ces installions militaires de nouvelle génération.
Mettre autant de moyens offensifs au beau milieu du golfe de Finlande n’est assurément pas un hasard. La Russie tente de reprendre l’avantage sur cette région de la Baltique qu’elle a toujours considérée comme étant son pré carré.

D’ores et déjà les militaires estoniens et finlandais ont annoncés qu’ils scruteraient avec minutie les transits aériens entre la Russie continentale et Hogland. Il faut savoir que jusqu’à la Seconde Guerre mondiale cette île était finlandaise, et a été annexée par l’Armée Rouge puis conservée par la Russie après la chute de l’URSS au début des années 1990. Elle est cependant toujours revendiquée par Helsinki. Des soupçons de massacres de populations civiles pèsent depuis des années sur la période 1942-1944.
Hogland n’est donc pas n’importe quel territoire, que ce soit pour les Russes ou pour les Finlandais. On peut donc se demander si y installer une base permanente d’hélicoptère était bien une décision pertinente.

Photo © Keypublishing

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. La Finlande avais mis une bonne raclée en 1939 au soviétique!Bon il faut dire que les purges stalinienne avaient éliminé bon nombre d’officier compétent mais ca reste un beau fait d’arme pour le peuple finnois.
    Pour moi la Finlande mériterait de retrouver ses frontières d’avant 1939.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom