La bataille aura finalement été de courte durée. En ce début de mois d’août 2019 la Republic Of Korea Navy a décidé de sélectionner l’hélicoptère américain Sikorsky MH-60R Seahawk afin de succéder à l’actuel Westland Lynx Mk-99 de facture britannique. Ce sont donc douze biturbines de nouvelle génération qui vont très prochainement être officiellement commandés, d’autant qu’aux États-Unis le Congrès a donné son accord à cette commande. Il semble que 2019 soit d’ores et déjà une excellente année pour cette machine.

Nous vous avions présenté ce marché il y a quelques semaines. Finalement donc le Sikorsky MH-60R Seahawk américain l’aura emporté sur l’Agusta-Westland AW.159 Wildcat européen. Et on peut dire que cette décision sud-coréenne a été une véritable surprise pour pas mal d’experts et d’observateurs internationaux. Sans être donné grandissime favori l’hélicoptère anglo-italien était dit-on plus adapté aux navires de guerre sud-coréens que son concurrent provenant d’outre-Atlantique. Surtout il sert déjà dans les rangs de l’aéronavale sud-coréenne à hauteur de huit exemplaires.

Le contrat est annoncé aux alentours de 800 millions de dollars US (soit environ 714 millions d’euros) concernant aussi bien la fourniture des douze hélicoptères de combat gréés que leur armement et la MCO. Fait exceptionnel le Congrès américain et la Defense Security Cooperation Agency n’ont pas tardé à donner leur accord à cette exportation d’armement. Il faut dire que la Corée du sud est un des principaux alliés des États-Unis dans la zone asiatique. Ses besoins en moyens de lutte anti-sous-marine sont réels et assez urgents tant ses Westland Lynx Mk-99 sont à bout de souffle, à force d’être mis à contribution pour traquer les submersibles chinois, nord-coréens, et russes qui croisent dans la région.

C’est à l’horizon 2021, donc d’ici 18 mois, que les premiers Sikorsky MH-60R Seahawk devraient rejoindre les rangs de la Republic of Korea Navy. Ils seront en particulier affecté à bord des destroyers de classes Chungmugong Yi Sun-sin et Sejongdaewang-Geup. Ces derniers sont considérés actuellement comme les plus puissants navires de guerre de surface de la flotte sud-coréenne, ils sont d’ailleurs de conception et de fabrication locale.
Les frégates de classe Daegu devraient elles-aussi accueillir à terme les futurs hélicoptères achetés aux États-Unis. Le porte-hélicoptère Dokdo pourrait bien lui-aussi devenir un hôte pour les Seahawk.

Indéniablement l’année 2019 sera un excellent cru pour Sikorsky et sa maison-mère Lockheed-Martin pour le MH-60R Seahawk. Après la Grèce et l’Inde c’est donc avec la Corée du sud ce mois-ci que l’hélicoptériste américain remporte un contrat de remplacement.
On est en droit de se demander où s’arrêtera l’actuelle évolution du SH-60 Seahawk. L’année est loin d’être terminée…

Photo © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom