Le pays africain s’est t-il rétracté ou bien la Russie ne l’a t-elle pas jugée assez solide économiquement pour lui vendre son dernier né ? Deux mois et demi après l’annonce (officieuse) d’un contrat entre Sukhoi et l’Algérie rien ne semble attester d’une quelconque première exportation du chasseur biréacteur Su-57. Pis les médias algériens et russes sont subitement devenus très silencieux sur la question, alors que la retenue n’est pas souvent leur marque de fabrique. Alors info ou intox la vente de l’avion furtif russe aux Algériens ?

On le sait, l’Algérie cherche à devenir la première puissance militaire et diplomatique d’Afrique. C’est à dire à se placer devant et non plus derrière l’Égypte et l’Afrique du sud. Et à coup sûr le Sukhoi Su-57E Felon l’y aiderait grandement, même en petit nombre. Cela ferait d’elle la première puissance africaine à disposer d’avions furtifs, en l’absence de Lockheed-Martin F-35A Lightning II vendus sur le continent. Sauf que rien, absolument rien ne vient actuellement corroborer la rumeur fortement reprise à Noël dernier par les médias algériens et russes autours de la vente quatorze exemplaires de cet avion dernier cri.
Le crash du 24 décembre 2019 n’y est sans doute pas étranger.

En fait le cas du Su-57 n’est pas isolé.
Depuis plusieurs semaines, pour ne pas dire plusieurs mois, les médias algériens revendiquent clairement l’acquisition de quatorze Sukhoi Su-35 sans que cela n’ait jamais été confirmé par l’avionneur russe ou même pas Moscou. Si la Russie avait exporté en Afrique du nord son extraordinaire Flanker-E il semble évident qu’elle aurait communiqué dessus. Mais là encore rien.
Il est d’ailleurs intéressant de voir qu’autant pour l’un que pour l’autre des chasseurs russes ce sont à chaque fois quatorze exemplaires qui sont censé avoir été achetés. Hasard ou coïncidence, nous ne le saurons sans doute jamais.

Toujours est t-il donc que la propagande algérienne s’est bien calmée sur l’histoire des Su-57 Felon mais que sur la toile plusieurs blogs en parlent encore. Ce genre de légende urbaine à la dent dure. Il est clair que quand Moscou exportera son chasseur furtif elle ne le fera pas sans le crier sur tous les toits. Et ce sera bien compréhensible.

Photo © Keypublishing.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. C’est pas demain la veille que cet oiseau sera opérationnel. Si vous avez des doutes : demandez à LM si développer un avion furtif (bourré de capteurs, de logiciels) c’est facile ?

    • Vous avez totalement raison Arthur 25. Et en plus Sukhoi a accumulé un retard considérable vis à vis de Lockheed-Martin qui a déjà à son actif les F-117A et F-22A tous deux construits en série.

  2. Le su 57 est plutôt élégant je trouve, enfin ce n’est que mon avis, sous cocarde de l’armée de l’air je me demande ce que cela donnerait, en tout cas il est très maniable et puissant, du moins dans Ace combat 7.

  3. La vente d’un avion furtif doit rester secrète, que dis je ….. furtive. C’est le béaba de la stratégie. Vu la chute du baril c’est pas gagné. Si le matos doit rester furtif, ce n’est pas le cas du rouble sonnant et trébuchant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom