C’est un bien triste samedi pour l’aviation de tourisme hexagonale. En quelques heures ce 12 septembre 2020 deux avions de tourisme se sont écrasés en France, l’un dans le sud-ouest et l’autre dans les Alpes. Tous deux étaient des monomoteurs Robin DR-400, l’avion le plus répandu dans les aéroclubs français. Au total on dénombre sept morts.

Tout a commencé à 10 heures 30 quand des randonneurs et un berger ont signalé un crash d’avion et un début d’incendie dans la zone du massif de Belledonne. Immédiatement les secours ont été déployés par le service départemental d’incendie et de secours de l’Isère. Ils ont été rejoints via l’hélicoptère de la Sécurité Civile Dragon 38 par une équipe de policiers sauveteurs de la CRS Alpes. Malgré la rapidité d’intervention de l’Eurocopter EC145 jaune et rouge les secouristes n’ont pu que constater le décès des trois occupants de l’avion léger : une femme et deux adolescents.

Après investigations par les CRS alpins il s’avère que l’avion en question était le Robin DR-400-140B immatriculé F-GSBS. Il avait décollé quelques minutes plus tôt de l’aérodrome du Versoud, tout proche de Grenoble. La pilote âgée d’une quarantaine d’années accueillait deux adolescents, un garçon et une fille, comme passagers. Tous deux étaient scolarisés à l’École des Pupilles de l’Air 749, un établissement dépendant de l’Armée de l’Air et sis à Grenoble même.
Lors de l’accident l’avion a donc heurté une montagne du massif de Belledonne à 1900 mètres d’altitude. Pour l’instant aucune information n’existe sur les causes de l’accident, des enquêteurs du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile sont attendus sur place. Selon les services de secours les trois personnes à bord sont mortes sur le coup.

Trois heures et demi plus tard un second avion du même type connaissait un sort identique. Immatriculé F-GIKZ ce DR-400-120 a été victime d’un crash peu après son décollage de l’aérodrome d’Arcachon – La Teste-de-Buch. Il semble que le pilote ait perdu le contrôle de sa machine qui s’est ensuite écrasée sur une zone boisée de la commune girondine de Gujan-Mestras. Et très vite tout s’est embrasé obligeant les sapeurs-pompiers à se dédoublés : secours aéronautique pour les uns et lutte contre l’incendie pour les autres.

Un feu de nature causé par un crash d’avion, ça parait inédit. En fait pas tant que cela puisque ça a déjà été théorisé voilà deux ans par les pompiers de Californie suite à un accident similaire. Et dans le cas de l’accident de Gujan-Mestras les secouristes n’ont rien pu faire pour les quatre passagers de l’avion, ils sont tous décédés dans l’accident. Parmi eux se trouvaient deux enfants.
L’incendie de broussailles n’a pas nécessité le déploiement d’hélicoptère bombardier d’eau mais tout de même d’une quarantaine de soldats du feu et de leurs camions citernes feux de forêts. Environ 3500m² de nature sont ainsi partis en fumée.
Là encore le BEA a décidé de diligenter une enquête sous l’égide du parquet de Bordeaux.

Bien entendu ces deux accidents n’ont rien en commun si ce n’est le modèle d’avion. Pour autant c’est le fait que les deux crashs aient lieu dans la même journée, à quelques heures seulement d’intervalle qui les relie. Rappelons que le Robin DR-400 est actuellement un des avions favoris des aéroclubs européens. C’est aussi une des grandes réussites de l’industrie aéronautique française.

Photo © Keypublishing.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Parfois les pilotes de ces frêles engins sont un peu foufou. Il y a 3 mois j’ai effectué une randonnée bivouac dans ce même massif de Belledonne au lac du Crozet, un lac de montagne, à quelques kilomètres du lieu du crash. Au petit matin vers 7h30 un Robin comme celui-ci est venu du fond de la montagne en direction du lac, a plongé, a fait une remise de gaz à seulement 20/25 mètres de la surface de l’eau puis a replongé dans la vallée du Grésivaudan, là où se trouve le Versoud. J’ai même pu voir la tête du pilote. C’était sûrement pour épater les randonneurs comme moi mais je suis sûr que ce genre de pratique est interdite mais c’est comme sur la route, pas vu pas pris.

  2. Brr, mes filles viennent de faire leur baptême de l’air il y a moins de 3 semaines sur ce type d’avion depuis l’aérodrome d’Andrezieu Boutheon avec les Ailes Foréziennes, super club au passage…..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom