Il était notre héros à toutes et tous, nous autres aérophiles. Ce lundi 7 décembre 2020 le pilote d’essais Chuck Yeager, l’homme supersonique, nous a quitté. Son décès à 97 ans plonge le monde aéronautique dans un profond chagrin tant l’homme aura marqué les 75 dernières années. Adieu l’artiste.

Chuck Yeager était un superlatif volant, et une légende de l’aviation de son vivant ! Je ne vous referais pas sa biographie ici, elle est visible sur notre site depuis longtemps. Yeager était tellement fort dans l’histoire aéronautique et dans l’histoire contemporaine que Hollywood fit un film à sa gloire de son vivant : The Right Stuff, l’Étoffe des Héros en français. La chaîne payante américaine Disney + en a d’ailleurs dérivé cette année une série télé à gros budget en huit épisodes.

Quiconque parle ou pense à Chuck Yeager l’assimile forcément à l’avion Bell XS-1 et à la date du 14 octobre 1947. Ce jour là l’ancien pilote de chasse de la Seconde Guerre mondiale, l’homme qui descendit un Messerschmitt Me 262 allemand avec son North American P-51D Mustang, devint pour l’éternité le premier aviateur à passer le mur du son en vol horizontal. Yeager entrait dans l’Histoire, et dans le cœur des femmes et des hommes qui vivent pour l’aviation.

Petit garçon il était mon héros, jeune homme il était mon modèle, adulte il est devenu mon icône. Ce matin je ne suis pas ému, je suis effondré. C’est une partie de mon passé qui s’en est allé. Bien sûr Yeager avait 97 ans, on pouvait redouté sa mort. Mais comme tous les héros je le croyais presque immortel. Il y a quelques semaines je m’imaginais en février 2023 vous proposer un article pour ses 100 ans. Vous y échapperez.
Décidément 2020 c’est vraiment l’an foiré !

Photo © National Air & Space Museum.

Publicité

14 COMMENTAIRES

  1. Mort le jour de Pearl Harbour, le type incarnait tout ce que l’Amérique a pu exercer comme fascination pendant et après la dernière guerre.

    Depuis le pilote de P-51 secouru par la Résistance jusqu’à ces doux-dingues qui chevauchaient des lampes à souder au-dessus du désert.

    J’avais régulièrement chaud au cœur en pensant que ce type était encore parmi nous, comme un dernier fil qui nous reliait à ces époques mythiques.

  2. CHUCK YEAGER avait été abattu en 1944 lors d’une escorte et s’était parachuté en GIRONDE. et son avion était tombé dans le Lot et Garonne limitrophe. Il avait pu reprendre le combat après avoir franchi les Pyrénées grâce à la Résistance.Il était revenu en 2008 sur les lieux.
    Il avait dit dans une interview une chose qui m’avait marqué.
    Lors de missions eu dessus de l’Allemagne, il devait avec ses camarades mitrailler tout ce qu’il trouvait. . Il priait que les Alliés gagnent la guerre car il savait que des civils faisaient partie des dommages collatéraux.
    Sacré bonhomme, joué par Sam Sheppard dans l’Etoffe des Héros dont le livre fait toujours partie de mon panthéon personnel.

  3. Bonjour, très admiratif de ce pilote hors du commun j’ai cependant appris récemment dans un documentaire qu’il avait fait en sorte lorsqu’il était pilote d’essai à edwards de bloquer ou au moins de compliquer la promotion de pilotes noirs et je trouve que cela gâche un peu la vision idéale que j’avais de lui, ce qui n’enlève rien au reste bien entendu.

  4. La promotion d’un pilote noir en fait : Ed Dwight

     » Chasing the Moon’s discussions of astronaut selection and early PR campaigns for Apollo highlight the overlooked story of Ed Dwight, a fighter pilot who nearly became the first African American astronaut. Dwight had an outstanding military record, and the Kennedy administration was keen for NASA to have an African American astronaut. After passing his medical exam, Dwight was sent to Chuck Yeager’s flight school, the testing ground for potential astronauts. According to Dwight, Yeager pulled all the instructors into a room and ordered them not to speak to Dwight, not to interact or provide advice to him, and not to socialize with him outside of the base. Yeager’s reason was that he didn’t want “a colored guy” to be an astronaut.  » (https://physicstoday.scitation.org/do/10.1063/PT.6.3.20190709a/full/)

    • Merci Julien de ne pas oublier que vous êtes sur un site francophone et qu’il est bon de proposer une traduction à vos citations. Tous nos lecteurs ne sont pas obligés d’être rompus avec le maniement de la langue de Shakespeare et Wilde. 🙂

      • Je suis désolé pour cet oubli et je propose cette traduction :

        Les discussions sur la sélection des astronautes et les premières campagnes de relations publiques pour Apollo mettent en lumière l’histoire méconnue d’Ed Dwight, un pilote de chasse qui a failli devenir le premier astronaute afro-américain. Dwight avait un dossier militaire exceptionnel, et l’administration Kennedy tenait à ce que la NASA ait un astronaute afro-américain. Après avoir passé son examen médical, Dwight a été envoyé à l’école de pilotage de Chuck Yeager, le terrain d’essai pour les astronautes potentiels. Selon Dwight, Yeager a fait venir tous les instructeurs dans une salle et leur a ordonné de ne pas parler à Dwight, de ne pas interagir avec lui ou de lui donner des conseils, et de ne pas socialiser avec lui en dehors de la base. La raison de Yeager était qu’il ne voulait pas qu’un « homme de couleur » soit un astronaute.

  5. Bel hommage pour ce grand homme et pionnier Arnaud. L’Aéronautique perd un géant…

    Si tu te sens de le faire, je trouverai ça génial et touchant comme futur hommage que tu écrives quand même l’article pour ces 100 ans en 2023, à titre posthume.

  6. Si je peux apporter ma petite touche en qualité de linguiste, je dirais attention aux anglicismes.qui envahissent le français, même si ces derniers sont largement employés dans la langue quotidienne. Si bien que « interact » et « socialize » trouveraient une traduction plus appropriée et plus fine avec « échanger » et  » avoir des relations amicales ».. Cela n’enlève rien à l’intérêt de cet article.. Merci Julien.

    • Bonsoir, si je peux ajouter ma pierre à l’édifice, sur mon vieux Larousse de 1972, la première définition de « socialiser » est la notion politique, la seconde est : Adapter une personne à la vie commune. Ce qui dans ce cadre est tout aussi adapté.
      Il ne faut pas non plus oublier que nous parlons du début des années 60 et que les premières vraies lois anti-ségrégation aux USA datent seulement de 1964. Ce qui n’enlève rien à la réaction de Yeager mais j’ai toujours pensé que dans ce genre de cas, il fallait remettre les choses dans leur contexte plutôt que de les regarder avec le prisme de nos lois et de nos conventions collectives de 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom