Le drame s’est déroulé ce mardi 8 décembre 2020 en début de soirée non loin de la célèbre station de sports d’hiver d’Albertville. Un biturbine Airbus Helicopters H135 appartenant au Groupe SAF, une société privée bien connue en France pour ses délégations de service, s’est écrasé près de la commune savoyarde de Bonvillard. Cinq des six occupants de l’hélicoptère ont été tué dans le crash, le pilote lui est dans un état critique. L’appareil réalisait un vol d’entraînement au treuillage de nuit.

C’est aux alentours de 19 heures 10 que le contrôle aérien a été avisé par radio par le pilote que l’appareil allait s’écraser. L’homme a pu s’extraire de la machine avant l’impact au sol, ses blessures sont jugées extrêmement grave. Son pronostic vital a immédiatement été engagé par les services médicaux. L’hélicoptère Airbus Helicopters H135 à bord duquel il se trouvait réalisait un vol d’entraînement aux opérations de secours nocturnes en prévision de la réouverture prochaine des stations de sport d’hiver.

Hormis le pilote donc les autre personnes à bord sont décédées. Un élève-pilote, un élève-mécanicien de bord et son formateur, ainsi que deux policiers secouristes du détachement d’Albertville de la CRS Alpes ont donc trouvé la mort dans cet accident. L’appareil était immatriculé F-HJAF et appartenait au Groupe SAF qui le mettait, comme d’autres, à disposition des secours français pour des missions périlleuses en haute montagne. Il n’est en effet pas rare que cette société privée vienne apporter son concours aux opérations de sauvetage alpin, notamment quand les hélicoptères de la Sécurité Civile ou de la Gendarmerie Nationale sont indisponibles. Les femmes et les hommes du Groupe SAF sont connus pour leur très grand professionnalisme et une connaissance accrue de la haute montagne.
L’hélicoptère accidenté était également fréquemment affecté à des missions pour le compte du SAMU 73.

Désormais ce sont les experts-enquêteurs du BEA, le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile, qui sont en charge des investigations. Les dépouilles des victimes et les débris de l’hélicoptère se trouvent à environ 1800 mètres d’altitude non loin du village de Bonvillard, à quelques kilomètres d’Albertville. D’ores et déjà la météo semble avoir joué un rôle phare dans la tragédie, la visibilité étant mauvaise en raison d’un quasi totale absence de Lune dans le ciel savoyard lors du crash. La piste d’un accrochage entre l’hélicoptère et la cime des arbres semble privilégiée.

Ce drame démontre encore toute la dangerosité du secours aérien en haute montagne. C’est pourquoi il faut sans cesse rappeler les règles de sécurité pour les usagers des sports d’hiver.
Une pensée pour les proches des personnels du Groupe SAF et pour ceux des policiers de la CRS Alpes. Fréquemment cette unité d’élite paye un lourd tribut pour sauver des vies.

Photo © Julien Martelot.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom