Les anglo-saxons les appellent gunship, nous autre francophones préférons canonnières volantes : le résultat est le même. Et en cette année 2021 ces avions ô combien mystérieux vont avoir droit au devant de la scène à l’occasion de l’EAA AirVenture d’Oshkosh. D’ores et déjà deux avions sont annoncés, peut-être même un troisième, afin de rappeler l’histoire de ces machines qui font tant fantasmer les passionnés d’aviation. Dur dur quand on sait qu’avec les restrictions sanitaires il est très difficile d’entrer aux États-Unis.

C’est donc le weekend du 30-31 juillet 2021 que l’aérodrome d’Oshkosh dans le Wisconsin accueillera son mythique meeting aérien : l’EAA AirVenture organisé par l’Experimental Aircraft Association. L’édition de cette année est d’autant plus attendue que celle de 2020 fut annulée pour cause de pandémie du Covid-19. Pour l’instant les organisateurs croisent les doigts afin que rien ne vienne perturber les préparatifs du meeting.

Et pour mettre en lumière les canonnières volantes d’ores et déjà deux avions sont annoncés : un authentique Douglas AC-47 Spooky restauré par l’American Flight Museum de Topeka au Kansas et un Lockheed-Martin AC-130J Ghostrider actuellement en dotation au sein du 1st Special Operation Wing de Hurlbert Field AFB en Floride. Il se dit également que le 492rd Special Operation Wing, stationné au même endroit, pourrait également y envoyer un de ses derniers Lockheed-Martin AC-130W Stinger II. Ce dernier est annoncé à priori en statique.
Mais au fait quelle différence entre un AC-130J Ghostrider et un AC-130W Stinger ? Si tous les deux ont été assemblés par Lockheed-Martin et non l’ex-Lockheed le second est bien plus récent que le premier puisque tirant sa cellule du C-130J Super Hercules. Le second dérive lui du C-130H Hercules de plus ancienne génération.

Une formation peu commune au-dessus des États-Unis.

D’ores et déjà le Spooky et le Ghostrider ont commencé à s’entraîner à voler ensemble. Les deux avions sont de deux générations très différentes avec un écart de puissance phénoménal entre les deux avions. Le premier est animé par deux moteurs à pistons et le second par quatre turbopropulseurs.
Les spectateurs de l’EAA AirVenture risquent donc d’en prendre plein les mirettes. À n’en pas douter ils n’en perdront pas une miette.

Photos © US Air Force.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom