Il est le drone MALE du futur pour la Royal Air Force. Ce jeudi 9 septembre 2021 l’avionneur General Atomics a présenté l’exemplaire de présérie du Protector RG.1. Sur la base anglaise de RAF Waddington l’aéronef sans pilote a été officiellement présenté dans la configuration qui sera celle des exemplaires de série. Les premières machines doivent entrer en service d’ici début 2024.

En fait le General Atomics Protector RG.1 n’est pas à proprement parlé une machine neuve. Il s’agit d’une version dédiée aux Britanniques du SkyGuardian lui même dérivé du très efficace MQ-9 Reaper… déjà en service dans la RAF. Le Protector RG.1 n’est encore qu’en phase de définition entre la Royal Air Force et l’avionneur. C’est pourquoi il est marqué comme expérimental sur le fuselage.

À terme ce sont seize drones de ce genre qui serviront sous les couleurs britannique. La base de RAF Waddington dans le nord-est anglais sera alors ce que les militaires appellent le «hub ISTAR». Outre les Reaper déjà cité ils rejoindront les Beechcraft Shadow R.1 et les Boeing Airseeker R.1, c’est à dire le gros de la flotte de renseignement aéroporté de Sa Majesté.
Des Reaper et des Protector ensembles, n’est-ce pas redondant ? En fait non car les premiers seront progressivement affectés aux missions d’appui tactique et de lutte antiterroriste quand les seconds se réserveront les vols d’espionnage aéroporté et de reconnaissance tactique. Pour autant les Protector RG.1 pourront être armés.

Les antennes et équipements d’intrados du Protector RG.1 en disent long sur ses futures missions.

Cet exemplaire de présérie sert autant à la propagande et aux relations publiques qu’à valider l’emploi de la machine à RAF Waddington. Mais ne vous y méprenez pas, il n’est pas britannique. Il vole sous l’immatriculation civile américaine N190TC. Il appartient à l’avionneur.

Photos © Royal Air Force.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom