C’est un contrat pour quelques avions seulement mais celui-ci est hautement symbolique. La Kaijō Jieitai, mieux connue comme Japan Maritime Self Defense Force, a annoncé en ce début septembre 2021 rechercher officiellement un successeur pour le Lockheed EP-3C Orion dont elle possède quatre exemplaires. La mission première de ces avions est la reconnaissance stratégique face aux menaces de la Chine et de la Russie. Le marché semble d’ores et déjà bloqué pour les avionneurs américains ou japonais.

Bardés d’antennes et dépourvus d’armement les quatre Lockheed EP-3C Orion sont immédiatement identifiable par rapport aux P-3C Orion également en service au Japon, dans la mission patmar cette fois. Le rôle premier des EP-3C Orion est donc de voler au plus près des espaces aériens chinois et russes afin de prévenir tout risque vis-à-vis de l’archipel nippon. Moscou et Pékin représentent en effet les principales menaces contre l’intégrité du Japon.
Pour autant il n’est pas rare que de tels avions-espions s’approchent de l’espace aérien souverain nord-coréen, sans toutefois le violer.

Seulement voilà ces avions vieillissent, leurs structures évidemment mais aussi leurs systèmes de missions et avionique propre. Aussi la Kaijō Jieitai a désormais en tête de les remplacer d’ici 2026. Et pour cela elle vient de lancer un programme visant à leur trouver un successeur. Les avionneur américains et japonais sont sur les rangs, les autres ayant peu de chances de l’emporter.

Selon toutes logiques c’est une version de reconnaissance électronique et de surveillance du Kawasaki P-1 qui devrait l’emporter mais Textron sera sans doute aussi présent au travers d’une version spéciale du Beechcraft Super King Air 350/360. Le marché est finalement assez ouvert, nous aurons l’occasion d’y revenir dans les prochains mois.

Photo © Keypublishing

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Salut Arnaud,
    Même si les Américains et Japonais sont naturellement favoris pour ce marché, ce pourrait être une opportunité pour DASSAULT de proposer son Falcon 8X Archange dédié au renseignement stratégique, qui viendra remplacer les 2 Transall C-160 Gabriel à partir de 2025 normalement, et voir même, proposer une plateforme de gamme supérieure sur base du nouveau Falcon 10X.
    Tu me diras pourquoi les japonais nous feraient confiance ?
    Parce que les Gardes Côtes japonais font déjà appel à DASSAULT pour la surveillance maritime grâce aux Falcon 900MSA (2 exemplaires opérationnels) et aux futurs Falcon 2000MSA en cours de livraison (3 prévus).. De plus, la France et le Japon développent depuis quelques années leurs relations d’ordre stratégique et militaire, en tant que puissances d’ASIE-PACIFIQUE , pour faire face à l’expansionnisme chinois..
    Alors, il est permis d’espérer…..
    Cordialement

    • Bonjour Rafaletiger.
      Sur le papier je suis 100% d’accord avec vous mais dans la réalité des faits deux facteurs jouent contre l’Archange. Le premier c’est le délai sans doute un peu court pour Dassault Aviation. Le second c’est de savoir si la DGSE, la DRM, et consorts seront d’accord pour qu’un avion disposant d’équipements aussi sensibles soit si régulièrement déployés aux abords de trois pays jugés à minima hostiles à la France.
      C’est pourquoi délibérément je n’avais pas abordé le cas du Falcon 8X Archange dans le cœur de l’article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom