La propagande russe n’hésite pas depuis plusieurs mois à le présenter comme très supérieur à son équivalent américain, le General Atomics MQ-1C Gray Eagle. Or à la différence de ce dernier le Kronstadt Orion est opérationnel sur les questions d’armes chimiques après les raids lancés depuis quelques jours contre la ville portuaire de Marioupol. Le bilan humain sur place n’est pas clairement connu ; il est de minimum 10 000 morts et de maximum 22 000, bombardements aériens et terrestres compris. D’ores et déjà la communauté internationale condamne ce recours aux armes chimiques par les forces russes contre les populations civiles ukrainiennes.

C’est ce lundi 11 avril 2022 que les premières annonces d’utilisations par la Russie d’armes chimiques contre les positions civiles et militaires ukrainiennes de Marioupol ont eu lieu. Et honnêtement la plus part des médias prit ces accusations avec circonspection, nous aussi à notre tout petit niveau. Une vingtaine d’heures plus tard il faut se rendre à l’évidence : le dictateur Vladimir Poutine a franchi un nouveau cap en autorisant le recours à un gaz à effet innervant. Les premiers symptômes décrits par les victimes civiles font penser à une chlorée voire pis à du cyclosarin : congestion sanguine oculaire, asphyxie partielle, hypertension, hyperthermie, dessèchement généralisé des muqueuses, ou encore tachycardie.

On a cru que si la Russie avait recours à de telles armes elle le ferait au travers d’avions d’attaque et/ou de pénétration. Nous avions tort. En fait les témoignages en provenance d’Ukraine tendent plutôt vers des avions sans pilote du type Kronstadt Orion, le principal engin de combat et de reconnaissance en service dans l’armée russe. Selon toutes vraisemblances ils décollent depuis des bases situées en Russie ou au sein de la péninsule ukrainienne de Crimée sous occupation illicite depuis huit ans.

Le recours à des armes chimiques depuis des drones russes avait déjà été soupçonné en Syrie dans les années 2016-2019. Aucune preuve n’avait alors été apporté les syriennes bombardant ainsi également leurs propres populations. Il s’agissait alors de Forpost, une version localement produite sous licence de l’IAI Searcher israélien. Il semble avéré que les Russes aient tiré les enseignements de la Syrie pour frapper Marioupol avant de la conquérir et de l’annexer. Selon l’ONU la ville est détruite à 90% du fait des bombardements ennemis.

Photo © ministère russe de la défense.

Publicité

16 COMMENTAIRES

  1. Le Kamarade Vladimir joue le dur du quartier. Il terrorise les populations civiles et militaire pour mieux les contrôler…. et avec une chape de plomb par dessus. (Que s’est-il donc passé en Tchechenie il y a quelques années ? Nul ne le saura sans doute jamais).
    Prochaine étape pour les Ukrainiens : la réédition du massacre de Katyn ?
    Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites.

  2. Je croyais que pour Biden les armes chimiques étaient la ligne rouge à ne pas franchir. Jusqu’à quand on va accepter que Putin massacre impunément des civils?

  3. Ce qui devait arrivé arriva et c’était prévisible: La syrianisation du conflit ukrainien. Le scénario syrien se met en place avec ses fake news, ses false flag, ses « attaques chimiques » , etc. Au « boucher » de Damas a succédé le « boucher » de Moscou; bientôt les crisis actors que sont les casques blancs seront en action en Ukraine. La propagande anti-russe fera le reste. La Russie a-t-elle besoin d’utiliser des armes chimiques pour atteindre ses objectifs ? Bien sûr que non. Aujourd’hui a mariopol, plus de 1000 soldats ukrainiens se sont rendus aux forces russes. Ils étaient tous en bonne santé. Mariopol est une ville libérée. Cap sur Odessa. Les chiens de l’Occident impérialiste aboient, la caravane russe, et derrière elle tout le reste du monde, passe

    • Déjà rien que votre pseudo est ridicule et montre à quel point vous êtes nuisible. Pourtant j’ai décidé de laisser votre commentaire car il montre aussi à nos lecteurs toute la haine et la violence des trolls pro-russes.
      Au fait les 1000 soldats dont vous parlez n’existent pas, cette intox de la propagande d’état moscovite a été démontée pièce par pièce par l’OTAN. Au maximum ce sont 80 à 90 soldats qui se sont rendus face à la barbarie russe. Ensuite Marioupol (et non Mariopol c’est une ville ukrainienne et non russe) n’a pas été libérée mais détruit à plus de 90% par les forces russes. Et oui on sait que Poutine veut en faire autant avec Odessa.
      La Russie en Ukraine c’est crimes de guerre et génocides.

      • Ce n’est pas marioupol mais Mariupol. Et chacun transcrit comme il veut. Ce n’est pas une science exacte. Abruti. Troll des atlanto-sionistes.

        • Marioupol tient toujours malgré la barbarie des armée russes et tchétchènes. Et aussi malgré vos petites insultes.

  4. Voilà un titre qui me laisse perplexe. Pointer du doigt une arme, c’est à dire un outil comme responsable d’un massacre est, à mon avis une erreur. La même a été commise par rapport au Su-34 dans un autre article.
    Si je donne un coup de marteau sur la tête à mon voisin, qui est responsable? Le marteau ? La personne qui a porté le coup?
    Cela vaut pour les engins de guerre.

  5. Elle est pas mal celle là.
    A mon avis dire que le responsable d’un massacre est l’outil mais pas celui qui l’utilise… Je ne sais pas qui défend le criminel.
    Selon toi Arnaud, il faut emprisonner le revolver mais pas celui qui appuie sur la détente… Il faudra suggérer la réforme au ministère de la justice

  6. On verra a la fin qui sont les gagnants et les perdants.
    Moi je pense que les gagnants seront les USA, la Russie et la Chine.
    Et les grands perdants sera l’Europe et surtout l’industrie Allemande

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom