Le remplacement annoncé mais non acté des six Ilyushin Il-78MKI Midas d’origine russe ne cesse de faire des envieux. Les avionneurs Hindustan Aircraft Limited et Israelian Aircraft Industries ont signé ce mercredi 6 avril 2022 un protocole d’accord autour d’un futur ravitailleur en vol multi-mission. Afin de réduire les coûts de R&D les deux constructeurs ont décidé de baser leur travail sur l’avion de ligne américain Boeing 767-300/767-300ER. Il y a quelques années IAI avait déjà développé un démonstrateur technologique en ce sens, sans que Heyl Ha’Avir ne soit convaincu par celui-ci.

Actuellement deux avionneurs sont déjà plus ou moins en lice sur ce programme de remplacement : Airbus Defense & Space avec son best-seller A330 MRTT et Boeing avec son KC-46 Pegasus toujours aussi difficile à exporter. L’Indian Air Force pensait sans doute qu’elle allait devoir choisir entre eux deux, finalement la compétition se corse.
Pourquoi HAL est t-elle allée chercher IAI puisque justement son 767-300ER transformé avait été refusé par Heyl Ha’Avir au profit du dit KC-46 Pegasus ? Si l’aviation israélienne rejette un avion pourquoi son homologue indienne en ferait différemment ? On pourrait vous répondre que l’espoir fait vivre mais ce serait un peu court, notamment sur le plan industriel.

En fait HAL ne veut pas perdre la main, ayant sans doute bien compris que jamais elle ne fabriquerait localement l’avion américain ou son concurrent européen. Reste donc désormais à élaborer le futur avion multi-rôle de ravitaillement dérivé du Boeing 767-300/767-300ER afin de le rendre apte à transférer du carburant aux deux principaux chasseurs indiens : le Dassault Aviation Rafale et le Sukhoi Su-30MKI Flanker-C. Pourtant on ne peut être que circonspect devant un tel avion qui va tout de même partager beaucoup avec le KC-46 Pegasus, un avion connu pour souvent perdre ses compétition face à l’A330 MRTT. Reste cependant la politique du «Make in India» qui pourrait jouer en sa faveur.
Pour autant IAI a une certaine expérience dans la transformation d’avions de ligne en ravitailleurs en vol. Ses Boeing 707-320C modifiés dans les années 1980 et 1990 se sont vendus dans plusieurs pays dans le monde, y compris sur le marché intérieur israélien.
Rien n’est donc perdu.

Reste juste à savoir si les généraux indiens accepteront de donner sa chance à un ravitailleur en vol inconnu face à deux mastodontes du marché. Rien n’est moins sûr.
Affaire à suivre.

Photo © IAI

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom